Léon Souguenet – Le chemin du soleil (Extrait réinterprété)

12901117_10208338679252053_5152023968046605285_oRéinterprétation : Jean-Marie Vermande (Auteur de « L’Albert Audoulin ou du parallélisme des voies ferrées » paru aux éditions Cactus inébranlable)

Les ténèbres , ma mie, nous offriront , complices
Au pied noueux d’un saule un lit de velours doux.
Nous y contemplerons, calme feu d’artifice,
Les étoiles zébrant le ciel autour de nous .
Comme la mer alors, les tristes bruits du monde
Monteront grandissant pour mourir à nos pieds
Et nous laisser goûter, amoureuse et profonde,
La musique du vent parmi les peupliers.
Une peur nous étreint. Ô bien-aimée entends
Dans son berceau de pierre une cloche qui sonne !
Prends ma main, allons seuls par ce cloître inquiétant
D’ arbres où va la lune, pâle comme une nonne.

©image : Livre « Le chemin du soleil » de Léon Souguenet [H Lamertin, Editeur]
©Réinterprétation : Jean-Marie Vermande L’Herm

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s