Arnold De Kerchove – Retraite : Journal d’un aveugle (Extrait) [1940]

404031_4475264247165_394180629_n

Aveugle : comprends-tu ce que cela signifie?  Moins un malheur qu’une déchéance. Je te remercie de m’avoir épargné ta pité. Que l’on souffre dans son esprit ou dans sa chair, c’est souffrir doublement que d’être plaint. Cette douleur qui craint l’aveu, cette blessure qui cherche à se cicatriser, la compassion l’oblige à prendre conscience d’elle-même et à se dénuder pour la délectation malsaine qu’éprouvent à se pencher sur les plaies et à flairer l’odeur des maladies ceux qui jouissent insolemment du bonheur et de la santé. Ils ne s’adressent plus à moi-même, mais à l’infirme :  que je sois aussi un homme semblable aux autres, ils n’y songent même pas, persuadés qu’ils sont que ma cécité me retranche pour toujours de leur univers, pour me ranger désormais, parmi les monstres. Ils se croient bons parce qu’ils me pardonnent mes caprices et mes manies, comme on fait aux enfants et aux vieillards : mais à l’indulgence même que je leur inspire, je comprends que je ne suis plus qu’un homme diminué.

Quelle souffrance et quelle humiliation à chaque instant renouvelées, que de me perdre dans ne maison dont je croyais connaître tous les détours, de me heurter aux meubles soudain hostiles, de manger avec une maladresse plus ridicule encore que pitoyable, de dépendre des autres pour les gestes les plus élémentaires, dont chacun me pose un problème que jamais plus je ne pourrai résoudre par mes propres lumières! Ce ne serait rien encore, si ma cécité ne m’avait rendu plus lucide. Derrière cette sollicitude dont je suis l’objet ou plutôt la victime, je devine ce que tout le monde s’ingénie pieusement à me cacher, ce que personne, autour de moi, n’oserait sans doute s’avouer à lui-même : cette secrète horreur du dévouement dont parlait Baudelaire, ce recul de tout l’être plus fort que la pitié, parce qu’il s’y mêle, dans les profondeurs de l’instinct, la crainte du malheur contagieux et l’orgueil de ne pas partager ma disgrâce. Je le devine et je me tais :  pourquoi paierais-je d’ingratitude les soins qu’on me prodigue, en révélant à ceux qui m’aiment l’inconsciente cruauté de leur compassion? Plus qu’un autre, un malade doit mentir et accepter les mensonges, s’il ne veut pas rompre les liens fragiles qui le rattachent encore à ce monde normal où sa présence est à peine tolérée.

Si je t’écris ces choses, sans me soucier d’en atténuer l’amertume, c’est que toi seule refuses d’être complice de cette conspiration qui s’ourdit autour de moi. Tandis que chacun s’efforce à me faire oublier mon mal, tu m’invites au contraire à en prendre conscience et à chercher de nouvelles raisons de vivre et de m’affirmer, dans cette retraite aveugle où rien ne viendra plus me distraire de moi-même.

J’essaierai. C’est la seule lueur d’espoir qui puisse encore m’éclairer dans ma nuit. A toit qui m’a compris et soutenu, dans ma nuit. A toi qui m’a compris et soutenu, je dédie ce journal où s’inscriront les faiblesses, les révoltes et peut-être les joies d’un homme que tu as su rejoindre dans l’exil de sa solitude.

©Livre : Arnold De Kerchove – Retraire : Journal d’un aveugle [Les cahiers du journal des poètes // 1940]
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s