Louis Jouvet – Théâtre et Langage (Extrait) [1945]

1474481146_2ddbb3e33a_o

Ce qui est essentiel dans une phrase ou un vers ne relève ni de la grammaire, ni de la syntaxe, ni de la rhétorique […], mais des sensations et des sentiments que le poète a cristallisés dans ses mots en les écrivant et que ces mots éveillent ensuite au cœur de celui qui les écoutes.

Une phrase de théâtre ou un vers, c’est avant tout un état à atteindre, un point culminant, auquel il faut que le comédien arrive, par une sensibilité telle qu’elle lui fasse dire ce vers dans la plénitude où il a été écrit ; et qu’il le dises si parfaitement que ce soit comme s’il le trouvait, comme s’il l’inventait, comme s’il le créait lui-même ; que ce soit comme si l’auteur l’écrivait et le disait de nouveau à cet instant pour le public. Quand l’acteur sonorise, profère ce vers ou cette phrase, il atteint le public par un incompréhensible émoi dans lequel l’intelligibilité n’est même plus en question. Alors le spectateur entend ce vers, non plus dans son sens immédiat mais dans sa puissance créatrice.

Texte : Louis Jouvet – Théâtre et langage [Paru dans La Table ronde, 3ème cahier // 1945]
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s