Rose-Marie François – La servitude / Èl sèrvitûde

tertre10

J’EMPRUNTE LA SERVITUDE qui mène d’Haut-Tertre à l’Enfer, suivant l’alternance des herbages et des étangs, longeant les barbelés qui enserrent le chemin dès que la cabine électrique annonce l’entrée du village. Ce bloc de béton chargé d’isolateurs est frappé aux armes de la foudre et du poison: tibias croisée, sourire irrévocable. Bientôt nous marcherons entre deux murs de briques, nos pas résonnent, mais d’abord le sentier s’interrompt pour regarder à gauche, à droite, vérifier avec nous qu’il ne passe rien, ni attelage, ni vélo, ni rarissime auto sur le pavé de la rue sans nom. Les murs du sentier sont si hauts qu’on ne voit plus rien, peut-être ne sortirons-nous plus jamais de ce passage étroit, entre l’école communale et l’Harmonie, peut-être n’atteindrons-nous pas le jardin des Sœurs, le prolongement de la servitude jusqu’au Coron des Juifs. Nous accélérons le pas. A la sortie de la ruelle, voici l’église, voici la place, et nous nous bouchons le nez à cause de l’urinoir public. Nous nous engouffrons chez Gilberte du Porion, qui vend des bonbons à un franc. Pour une de ces pièces de monnaie noire aux gravures anguleuses, misère de la guerre à peine finie, on peut avoir une boule de sûr ou un sachet-surprise. L’azyme rose ou vert, deux boursouflures accolées, renferme une pincée d’acide citrique. Dans le sachet, quelques brisures de galette au goût de vieux papier dissimulent un minuscule objet d’aluminium moulé: un coq rouge et vert, un bonhomme difforme, jamais – hélas – la bague espérée.

Èl sèrvitûde

J’ PRIND L’ SÈRVITÛDE qui min.ne d’Ôtiète a l’Infiêr, a travérs lès patûres èyèt l’s-ètangs, ô long dès fils à ronces qui scwat’tè l’ kèmégn si râde què l’ cabine èlèctrique anonce l’intrée du vilâje. Èl bloc dè bèton kèrkiè d’isolateûrs èst flônè ôs-armes du tonére èt du pwason: ochôs cwôsès, riyâje qui n’ s’in va niè. Nos-in dîrons bié râde intrè deûs mûrs dè briques, nos pas réson’té, mès avant cha, èl pièssinte s’arète pou ravisèr a min gôche, a min dwate, èrwékèr avè nos-ôtes qu’i n’ passe èrié, nié d’alâjes, nié d’biciclète, nié’ne rarissime oto su l’pavè dèl rûe sans nom. Lès mûrs dèl pièssinte sont si ôts qu’on n’vwât mî pus riè, i s’ poûrot bié qu’ nos n’ sortiche pus jamés d’ l’ ètrwot passâje, intrè l’Ècole comunale èyèt l’Armonîe, potièpe què nos n’ariv’rons niè ‘squ’ô gardègn dès masseûrs, èl prolonj’mint dèl sèrvitûde ‘squ’ô Coron dès Jwifs. Nos dalon’ pus fèl. Al sortîe dèl ruwèle, v’la l’églîse, v’la l’ palche, èyèt nos pinchons nos nèz a côse dèl pich’rîe. Nos-intron’ abîe amon Gilbèrte du Porion, qui vind dès boules a eun franc. Pou ‘ne léde pièche toute nwôre a dèssins pwintus, misére dèl guére qui vièt d’ finîr, on pèt awo ‘ne boule dè sûr ou bié én saclot surprîse. L’azîme rôse ou vért, deûs souflètes acolées, rinfrum’tè ‘ne pinchée d’acîde citrique. Vins l’ pètit saclot, deûs twôs miyètes dè galète ô gout d’ viè papièr much’té ‘ne pètite saquè in aluminiom’: én coq rûje èt vért, én bonome tout cron, jamés -mès qué maleûr – èl bâgue què j’èspére.

©Livre : Rose-Marie François – Et in Picardia Ego [ CROMBEL MicRomania // 2007]

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s