Karel Van de Woestijne – Poèmes choisis (extraits) [1964]

Image Concours

WAT IS HET GOED AAN ‘T’ HART.

Wat is het goed aan’t hart van zacht verliefd te zijn,
zijn luimen naar een verre’ of naêren lach te meten,
en, te elken avond weêr het kommer-brood gegeten,
weêr blij te mogen rijze’ in iedren morgen-schijn,
deed nieuwe liefde-lach het oude leed vergéten.

Ik weet niet wat geluk is; maar uw schoon gelaat
is kalm, en maakt me blijde, en doet mijn leden rillen;
– en’k lâch, gelijk een kind dat door een water wadt,
en, vreemde vreugde in de oofen, aarzelt in den killen
en ringlend-zilvren vloed die zijne voeten baadt.

Want ik bemin u, vrouw; en zoo mijn dralend schromen
slechts de oogen toé uw tegen-lachen is genaakt:
zoo was ik als een kind dat, geerens-blij gekomen
naar glanz’ge vruchten-racht in loomende avond-boomen,
beducht om zooveel schoons, geen enkle vrucht en raakt.

QUEL BIEN PEUT FAIRE AU COEUR

Quel bien peut faire au cœur d’être pris d’amour doucement,
de mesurer ses caprices à tel rire lointain ou proche,
et, chaque soir, ayant mangé le pain des soucis,
de resurgir joyeux aux lueurs de l’aurore,
quand même un rire d’amour vierge efface l’ancien chagrin.

Je ne sais ce qu’est bonheur; mais ton jolie visage
est calme, me donne joie et fait frémir mon corps;
– Je ris comme un enfant qui passe l’eau à gué,
avec dans les yeux une joie étrange, et il hésite dans
l’onde froide cerclée d’argent qui lui baigne les pieds.

Car moi je t’aime, ô femme, et si ma crainte hésitante
m’obligea d’aborder ton sourire, yeux fermés,
j’étais comme un enfant qui, convoitant joyeux la splendeur
des fruits luisants dans les arbres pesants du soir,
troublé par tant de beauté, ne touche à aucun fruit.

IK BIND BINNEN ‘T WOORD

Ik bind u binnen ‘t Woord, o Jaar, gelijk de boom
u binnen ‘t harsig barsten bindt der harde schorse;
gelijk, alnaar ‘t getij ze geeslen zal of schorsen,
u van zijn vloeden spoele’ of keetnen komt de stroom;

gelijk de wind u vat in ‘t wervlen van zijn norsche
geweld, of in den duw van ‘s zomers laauw geloom;
gelijk de zon, die, waar uw reize keere of koom’,
in ‘t midden van den kreits haar toorstse staat te torsen

Ik bin u binnen ‘t Woord, de Mate en het Getal,
‘dat, binnen ‘t dansen der cadans éen en verscheiden,
‘dat, binnen ‘t veeren van de rythmen en hun val,

mijn vers, o Jaar, wien ‘t leest en peinzend smaken zal,
treurt ‘t eigen kort bestaan om ‘t vluchten der getijden,
van ‘t eewig schoon, u, Jaar, geleend, zijn ziel verblijde.

JE TE LIE AU CŒUR DE VERBE

Je te lie au cœur du Verbe, Année, comme l’arbre
t’enferme au fond des résineuses crevasses de sa dure écorce;
ainsi que le fleuve te lave ou t’enchaîne dans ses flux,
selon que la marée les cingle ou les réprime;

comme le vent te saisit dans les tourbillons de sa force
maussade ou sous la poussée de la lourde chaleur d’été;
comme le soleil qui porte sa torche au milieu de sa course,
où que tu ailles ou viennes en ton voyage.

Je te lie au cœur du Verbe, du Mètre et du Nombre,
afin que dans la danse une et diverse de la cadence,
dans la souplesse des rythmes et leur chute,

Année, celui qui lit, ou goûte en méditant, mon vers,
déplore, de par la fuite des saisons, sa brève existence
et se réjouisse l’âme de l’éternelle beauté que tu lui prêtes, Année.

©Texte :  Karel Van de Woestijne – Poèmes choisis (notes et traduction par Marcel Lecomte) [Editions des artistes // 1964]

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s