À propos de…(10) Jean-Pierre Verheggen ( Par Charles Pennequin) (Extraits) [1994]

Jean pierre verheggen

Car Verheggen est un poète sonore, qui éructe sa prose à un rythme mortel, éreinte les termes les plus scientifiques de l’épisode structuraliste dans une langue de stropiat, se fraye une cadence dans cette pelote scripturale qui « drippe »sans retenue à la manière de Pollock toutes les formes du langage, qu’elles soient basses (parler trivial ou minoritaire, idiomes, wallon) ou hautes (la mathématique romanesque de l’Oulipo, la dogmathèque linguistique, etc.) non pour rendre la pâtée du quotidien digeste mais pour traduire l’impossible étreinte avec le réel (cette « réalité » rugueuse » toujours proche).

Verheggen, lucide quoiqu’en pleine cruci-fiction, crache une vérité inaudible pour le sens. (Puisque c’est dit dans tous les sens de l’ouïssance!) Ce bateleur démiurgique accouche sur la langue l’impossibilité des rapports, révulse le contrepet en spasme, fait exploser son verbiage sans nom dans la matrice excréative. La douleur d’enfantement est alors réelle chez ce performeur qui harangue les mots, tord le cou au discours habituel pas son chant décervelant. La logique s’immole alors sous le feu des décibels (le poète voleur de feu qu’imaginait Rimbaud), la respiration est difficile, sa bouche est le seul muscle qui bouge, mastique le souffle, recrache par la paroles les couleurs et les sons (le mélangue) et s’asphyxie ayant trop d’oreilles à faire respirer. La fiction souffre alors de déperdition, descend à perdre connaissance et dans sa course exténuante, la voix, exsangue de rationnel, s’éloigne du corps. La paroles est délivrée, le son circule. L’homme n’est plus. La langue devient le seul spectacle, inquiétante et nue.

©Charles Pennequin – Une impossible réception [Texte paru dans le #27 de la revue Sapriphage // 1994]
©Photographie :  Nicole Hellyn (Jean-Pierre Verheggen à la librairie « Tropisme » à Bruxelles / 1993)

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s