Les murs sont des bouts de nappe de papier (5) : A tous les vivants que nous fûmes

mur sainte catherine.JPG(Photo prise sur la Place Sainte-Catherine [Bruxelles] le 06/07/2016)

Le rire a laissé place aux larmes
A travers un interstice
complice du lierre parfois
s’immisce
Et lorsque vient le printemps
souvent, c’est une fleur des champs
qui nous dévoile féline,
Mutine, comme on l’est à vingt ans
Un petit bout de racine
coquine, qui fait mal en dedans

Un petit affront posthume
A tous les vivants que nous fûmes
A ces humains dont vous fîtes
Si vite : Un habit de granit

Quand la mort désoccupée
D’avoir fini ses champs de blé
faucha pour se divertir,
Nos vies à nous en faire mourir

Au fond de leurs
maisons closes
Reposent sous effanures
des roses
Dans leur plus simple appareil
Des fleurs qui cherchaient le soleil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s