Extraits du hasard (7)

(Des extraits trouvés au hasard d’un site internet, d’un partage sur Facebook, d’une citation dans un livre, une référence dans un film…)

mode homme moderne

« Dans une société qui ne sait plus rien de l’Ascète, ni du Guerrier; dans une société où les mains des derniers aristocrates semblent faites davantage pour des raquettes de tennis ou des shakers de cocktails que pour des épées ou des sceptres; dans une société où le type de l’homme viril – quand il ne s’identifie pas à la larve blafarde appelée “intellectuel” ou “professeur”, au fantoche narcissique dénommé “artiste”, ou à cette petite machine affairée qu’est le banquier ou le politicien – est représenté par le boxeur ou l’acteur de cinéma; dans une telle société, il était naturel que la femme se révoltât »

©Livre : Julius Evola – Révolte contre le monde moderne, XX “Homme et femme”, 1934

Marcus Larson storm

Le bateau s’élevait lentement, porté par les lentes lames bleues, une tonne d’écume déferla sous le vent, et toute la joie du ciel, cette autre mer, resplendit au-dessus du pont pour les soutiers comme pour les matelots, tandis qu’une petite barque de pêche japonaise luisait, blanche, contre la côte sombre. Ah ! qu’il était merveilleux, malgré tout, d’exister !

©Livre : Malcolm Lowry – Ultramarine
Peinture : Marcus Larson

escher

Tout le monde a certainement remarqué déjà que le sol parfois se plie de telle façon qu’une partie monte à angle droit avec le plan du parquet et que la partie suivante redevient parallèle à ce premier plan, cela pour donner naissance à une nouvelle perpendiculaire, opération qui se répète en spirale ou en ligne brisée jusqu’à des hauteurs extrêmement variables. En se penchant et en posant la main gauche sur une des parties verticales et la droite sur la partie horizontale correspondante, on est en possession momentanée d’une marche ou degré. Chacune de ces marches, formée comme on le voit de deux éléments, se situe un peu plus haut et un peu plus avant que la précédente, principe qui donne un sens à l’escalier, vu que toute autre combinaison produirait des formes peut-être plus belles
ou plus pittoresques mais incapables de vous transporter d’un rez-de-chaussée à un premier étage.

©Livre : Julio Cortazar – Cronopes et Fameux 
Gravure : Maurits Cornelis Escher

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s