Michel Cattin – Fragments de lettres jamais adressées à Charlotte.

The Color Printer A Treatise on the Use of Colors – John Franklin Earhart [1892]

« Si tu venais en moi, tu serais surprise de te rencontrer. »

« On passe le plus clair de son temps à le noircir »

« Ce qui déclenche la haine pour un être, ce ne sont pas les pensées qu’il a, mais bien celles qu’on lui prête. »

« Déshabillez les mots leur nudité vous surprendra. »

« Je voudrais, dans ma vie, croire une fois en chaque idée
les rassembler, les renier une à une
n’en conserver aucune
et m’en aller enfin.

M’extraire de mon corps
le regarder vivre un jour
et le soir, tout lui raconter. »

« La croyance en dieu a été inventée par des hommes incapables de croire aux Hommes. »

« L’important, hélas, n’est jamais ce que tu penses, c’est ce que tu fais. »

« Le malheur des uns n’empêche pas le malheur des autres. »

« C’est la nuit qu’on vit le mieux l’amour, quand le ciel sur un lit d’horizon fait l’amour à la terre. »

« Si je croyais en Dieu, j’aurais hâte de commencer mon éternité,
j’ai la chance de ne pas y croire, alors, je ne suis pas pressé.

« L’homme est nu
face à la guerre, face à la mort, face à l’amour et quand il défèque. »

« La douleur est souvent seule
les mots qui consolent
l’entourent et l’isolent. »

« Lorsqu’on donne son pardon, on en profite toujours pour y glisser quelques-unes de ses fautes. »

Dis-moi que tu m’aimes
Et je te dirai qui je fuis. »

« Je ne crois qu’au doute »

« Je connais si bien mes défauts que j’ai fini par les accepter, les comprendre et même les aimer. Lorsqu’un nouveau s’installe, il est d’abord surpris, puis il se sent tellement à l’aise qu’il s’empresse vite d’en inviter d’autres.
Mes rares qualités, alors effrayées, se fâchent, deviennent détestables et s’enfuient. »

« Le jour, je suis dans mes mensonges
la nuit, dans mes songes
et le reste du temps, je t’aime vraiment. »

« Tu as le temps…alors, garde le. »

« Si tu veux connaître les hommes, vas d’abord au fond de toi-même, pour savoir qui tu es. »

« Le jour où tu crois savoir est plus obscur que la nuit où tu cherches. »

« Cherche la vérité, cherche-la obstinément, peut-être ne la trouveras-tu jamais, amis au moins tu sauras à chaque fois où elle ne se trouve pas. »

« Le silence maîtrisé de l’apprenti est souvent plus sage et plus éloquent que le discours spontané de son maître.

« Nais,
bouffe,
dors,
baise,
bois,
cause,
défèque,
soupire
… et meurs »

©Livre : Michel Cattin – Les sillons du ciel [Autoédition // 1986]
image : The Color Printer: A Treatise on the Use of Colors – John Franklin Earhart [1892]. (provenance: http://www.dataisnature.com/?p=2361 )

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s