Patrick Eudeline – Les Variations « Nador »

P1160846

Je me souviens de cet après-midi au Golf Drouot où Jo Leb est revenu. Nous devions être en 1970 ou 1971. Il avait quitté le groupe une fois encore… Marc Tobaly assurait donc les vocaux en plus de la guitare. Et puis, et puis… Jo Leb, qui piaffait sur place, du fond de la salle a bondi et est monté sur scène juste alors que résonnait le riff de « Come Along ». A ce moment précis, les filles, toutes les filles, ont hurlé. Jo était ce genre de chanteur.

« Come Along » était le premier 45 tours français de ces mythiques Variations. Avant il y eut « Mustang Sally » pressé à la hâte lors d’une tournée européenne; un show inattendu et resté mythique le soir du réveillon 1968, entre Fleetwood Mac, Michel Polnareff, Who et Small Faces. Ce soir-là, les Variations ont conclu.

Eux qu’on n’attendais pas. Le groupe français le plus populaire mais aussi le plus détesté. Parce qu’à l’époque ou Rock&Folk fait l’éloge de Frank Zappa, de Soft Machine, ou à  la rigueur des fort politisés Steppenwolf, comment supporter et soutenir un groupe qui ne jure que par la frime, la guitare de Jimmy Page, les sorties en boîte et les boots python? Pour que tout cela soit admissible, il faudra attendre le glam rock et les Dolls. Pour l’heure, quand les Variations brûlaient les planches, ils ne pouvaient être qu’un groupe de hard rock. L’insulte suprême. Entre Grand Funk, Shocking Bleu ou Creedence…

Des gens qui ne parlaient ni de Marcuse ni d’Archie Shepp et qui , de plus, étaient français! Alors les Variations faisaient l’enfer dans toute la France. Marc Tobaly était au moins aussi bon soliste (fan de Peter Green!) que tous ces Claude Olmos ou Pierrot Fanen dont on nous rebattait les oreilles… Mais le groupe n’était simplement pas à la mode. Oh! bien sûr, il y avait des faiblesses. La plus grande étant les lyrics… Je me souviens de Jo Leb, après avoir avalé une boîte entière de Captagon (une amphétamine que les punks allaient adorer quelques années plus tard), s’endormant dans les bras de Zouzou après m’avoir lâché : « Pourquoi tu t’emmerdes? Moi j’achète un songbook de Dylan, un autre des Stones, je prends une phrase de chaque…’ Oui, les lyrics bien sûr…

D’ailleurs Jo parlait à peine anglais et c’était souvent Magda, la sœur de Marc, qui écrivait les textes. Mais le reste! Jacky Bitton cognait  comme un Ginger Baker ou un Keith Moon, le groupe sonnait comme le Zep versant MC5 et Jo hurlait comme un Jagger ou un PHil May. Pour les ados de l’époque, moi par exemple, les Variations étaient un péché. J’achetais Salut Les Copains uniquement pour voir des photos en couleurs du groupe. Et de leurs fringues… juste abusées. Un look de pop star fonçant chez Western House, avenue de la Grande Armée, au volant de leur Mini-Cooper. Le top en somme.

Et dans ce Nador, leur premier album, il y a tout, et même du slow à tomber (« Down the Road »). Le reste, c’est du rock à riffs mieux foutu encore que dans nos souvenirs attendris, de la Gibson Lee Paul  ou Junior qui évoque Leslie West, et même des passages acoustiques inspirés de l’Orient (enfin… du Maroc, la madeleine de ces pieds-noirs). Le tout donne dans le versant brut…

Les Variations étaient grands, les Variations étaient sauvages, les Variations n’ont eu qu’un tort, avec le recul : celui de chanter en anglais. Ils se sont usés pendant une décennie en tournées, ont rêvé d’Amérique, ont joui et souffert. Le rock en France façon Stones, sexe et drogues, ce fut eux. On les vit (1969) en première partie de Johnny Hallyday, de ce show au palais des Sports qui laissa tout un chacun pantois et même Mick Jagger.

Il n’y a presque rien sur eux quand on consulte Internet et les gamins les citent moins volontiers que les 5 Gentlemen. Mais… En vrai, les Variations étaient là. Ils ont eu une pochette signée par Guy Peellaert; un album produit par Don Nix; une vie qui ne fut que rock and roll. Nador est leur testament.

©Livre : Philippe Manœuvre présente Rock Français – De Johnny à BB Brunes / 123 albums essentiels [ Editions Hoëbeke // 2010]
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s