Albert D. Lucky – Terrain vague (Extraits) [1957]

albert lucky terrain vague (recueil de poésie)(Illustration tirée du livre)

Rue pauvres
quartiers morts

les souvenirs
tas de pierres en pleurs
ne parleront qu’en évoquant
une pluie fine de pensées tristes
qui piquent le cœur d’une raison

Il n’y a ni grand ni beau ni laid
l’infini est indifférent
l’indifférence est infinie

———————————————————————————————————————-

Les poussières de sable
fuient dans mes doigts
fièvres de l’homme
rêves de gosse

Je puis mourir ce soir
il est des frères un peu partout
mais ils sont seuls
dans la clarté de leur solitude

Nous mourons
et les gens rient de la mort de ceux qui meurent
et nous mourons des rires de ceux qui rient

———————————————————————————————————————-

J’étanche ma soif dans la main sèche du soleil
et le temps tombe en boitant sur mon œil
en une chevelure blanche qui éclaire
les quartiers inconnus de l’abîme humain

Je dis que j’ai foi en toi et tu me crois
puis ils rient et vomissent sur nos pensées

On assassine dans les rues et les maison

L’homme n’est qu’un flot de questions
dans une mer de problèmes résolus

———————————————————————————————————————-

Cet air qui porte bien loin
les sons gais des vaincus

suivons le corbillard
car Protocole
– Proto c’est l’héritier amidonné pour l’occasion –
On se promène dans les rues
par deux par quatre par six
par plaisir
c’était un brave homme
on pleure on boit
puis
quand on a noyé le mort
dans la flotte

on part content
d’avoir enterré
la journée

———————————————————————————————————————-

Les rues de ma ville sont noires de silence
ils vont et viennent
j’en ai vu beaucoup
ils marchaient par deux
les uns la cigarette au bec
d’autres le soleil dans la bouche
j’ai pensé

J’ai pensé à ma mère
j’ai pensé à mon père
j’ai pensé à une chaise à trois pieds
j’ai pensé à des yeux de marbre
j’ai pensé à un chant qui mourait
j’ai pensé à un chien qui attendait une plus d’os
j’ai pensé à une mer jaune
j’ai pensé à des sables bleus
j’ai pensé à ceux qui marchaient
j’ai pensé à toi

et j’ai souri

©Texte : Albert D. Lucky – Terrain vague [V. Ernult-Doncq // 1957]
Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s