Histoire des mots édités (2)… 5 lettres

498

En janvier 1968, pour protester contre l’occultation de la correspondance d’André Breton annoncée dans la revue parisienne l’Archibras, Mariën publie sous le manteau « En Hollande MMXVI », 5 lettres d’André Breton, au titre ambigu reprenant sans mention d’éditeur, cinq lettres de Breton à Goemans, Nougé, Mariën et Magritte, étalées entre 1926 et 1946 pour la dernière. Marcel Mariën adopte ici une position intransigeante qui sera la sienne quant aux ayants droit, aux interdictions et à l’occultation d’archives, consistant à passer outre ces recommandations et à publier malgré tout, ce qui lui vaudra, de la veuve de René Magritte au fils de Camille Goemans en passant Irène Hamoir, divers démêlés. Mariën ne fera jamais de déclaration publique quant à la paternité de cette édition, laissant volontiers planer le doute.

©Texte : Xavier Canonne – Le surréalisme en Belgique, 1924 – 2000 [Actes Sud // 2006]

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s