José Martí – Vers libres (Extraits) [1997 pour la traduction]

manuel mendive (peintre cubain)

[Bien: Yo respeto]

Bien: yo respeto
A mi modo brutal, un modo manso
Para los infelices e implacable
Con los que el hambre y el dolor desdeñan,
Y el sublime trabajo, yo respeto
La arruga, el callo, la joroba, la hosca
Y flaca palidez de los que sufren.
Respeto a la infeliz mujer de Italia,
Pura como su cielo, que en la esquina
De la casa sin sol donde devoro
Mis ansias de belleza, vende humilde
Piñas dulces o pálidas manzanas.
Respeto al buen francés, bravo, robusto,
Rojo como su vino, que con luces
De bandera en los ojos, pasa en busca
De pan y gloria al Istmo donde muere.

[Bien: Moi je respecte]

Bien: moi je respecte
A ma façon brutale, des manières douces
Envers les malheureux et implacables
Envers ceux qui méprisent la faim et la douleur,
Et le travail sublime, moi je respecte
La ride, le cal, la bosse, la farouche
Et pauvre pâleur de ceux qui souffrent.
Je respecte cette pauvre femme d’Italie
Pure comme son ciel, qui à l’encoignure
De la maison sans soleil où je dévore
Mes désirs de beauté, vend humblement
Des ananas sucrés ou des pommes blafardes.
Je respecte le bon Français, brave, robuste,
Rouge comme son vin, qui avec des éclairs
De drapeau dans le yeux, traverse en quête
De pain et de gloire l’Isthme où il périt.

………………………………………………………………………………..

[Mis versos van revueltos y encendidos]

Mis versos van revueltos y encendidos
Como mi corazón: bien es que corra
Manso el arroyo que en el fácil llano
Entre céspedes frescos se desliza:
Ayl: pero el agua que del monte viene
Arrebatada; que por hondas breñas
Baja, que la destrozan; que en sedientos
Pedregales tropieza y entre rudos
Troncos salta en quebrados borbotones,
¿Cómo, despedazasa, podra luego
Cual lebrel de salón, jugar sumisa
En el jardín podado con las flores,
O en la pecera de oror ondear alegre
Para querer de damas olorosas?
Inundará el palacio perfumado
Como profanación: se entrará fiera
Por los joyantes gabinetes, donde
Los bardos, lindos como abates, hilan
Tiernas quintillas y romances dulces
Con aguja de plata en blanca seda.
Y sobre sus divanes espantadas
Las señoras, los pies de media suave
Recogerán, – en tanto el agua rota, –
Convulsa, como todo lo que expira,
Besa humilde el chapín abandonado,
Y en bruscos saltos destemplada muere!

[Mes vers s’élancent tumultueux et ardents]

Mes vers s’élances tumultueux et ardents
De même que mon cœur: on comprend que s’écoule
Paisible le ruisseau qui dans la douce plaine
Parmi le frais gazon ruisselle sans effort:
Ah!: mais l’eau qui de la montagne dévale
Violemment entraînée; qui par d’épais ronciers
Asséchés se précipite, et parmi les troncs
Âpres, bondit en effervescences brisées,
Comment, ainsi rompue, ensuite pourra-t-elle
Comme un chien de salon, jouer apprivoisée
Avec les fleurs du jardin bien taillé,
Ou dans un aquarium d’or ondoyer gaiement
Pour donner du plaisir aux dames parfumées?
Elle inondera le palais plein de parfums
Comme profanatrice: farouche elle entrera
Dans les salons soyeux, où les poètes
Pimpants ainsi que des abbés, se faufilent
De tendres strophes et romances suaves
Dans la soie blanche avec une aiguille d’argent.
Cependant que sur leurs canapés les dames
Épouvantées, retireront leurs pieds
Au bas délicats, – tandis que l’eau brisée, –
Prise de convulsions, comme tout ce qui meurt,
Baise humblement l’escarpin délaissé,
Et en secs soubresauts disloquée, elle meurt!

©Livre: José Marti – Vers libres (Edition bilingue établie par Jean Lamore – Prologue de Cintio Vitier) [Harmattan/ Editions Unesco // 1997]
©Peinture : Manuel Mendive
Publicités

Tim Burton – L’enfant avec des clous dans les yeux

p1340357

The Boy with Nails in His Eyes

The boy with Nails in His Eyes
put up his aluminum tree.
It looked pretty strange
because he couldn’t really see.

L’enfant avec des clous dans les yeux

L’enfant avec des clous dans les globes oculaires
monta son arbre en métal,
lequel avait vraiment un drôle d’air
puisque l’enfant n’y voyait que dalle.

©Livre : Tim Burton – La triste fin du petit enfant huître et autres histoires [ Editions 10/18 // 1998 – Réédition 2015]

Maurice Piron – Poètes wallons d’aujourd’hui (Extraits)

rue-rachot

JEAN GUILLAUME – Trop Taurd! // Trop Tard!
Dialecte Namurois

Trop Taurd!

Lai là tès lîves, va, m’fi.
As’ dandjî d’leû creûjète po comprinde lès
mouchons?

Vos-èstoz fwârts, vos-oûtes, avou vosse syince,
Fieûs d’rinkinkin!
Dji vos l’lai, pwârteûs d’bèrikes!

C’est ti-z-oûtes qui ma fait djoker,
Vos-avzos stî l’astantche qui l’ri va moru conte.

Ca fait qu’ dj’a lî branmint dès lives,
Mins dj’a rovî l’coleûr do pwin…
Dji n’sé pus frum’jî, ièsse apougnî pau vint,
Et lès brâvès bièsses mi r’wait’nu d’crèsse.

Mins dji n’so nin on r’nonçeu, on r’noyeû!
Dji vos f’rè ram’chi tortos avou mi scorîye!

Apwârtez-m’ dès éfants èt dès frûts à brèssîyes.

Dj’estéve fait po crèche à l’ivinvole come on cruwau,
Et v’m’avoz r’sèré è l’gayole.

Trop tard!

Laisse là tes livres, allons.
As-tu besoin de grimoire pour comprendre les
oiseaux?

Vous êtes forts, vous autres, avec votre science,
tas de pédant!
Je vous la laisse, porteurs de lunettes!

C’est vous qui m’avez arrêté,
vous avez été le barrage où vient mourir l’eau vive.

Eh oui! J’ai lu beaucoup de livres,
mais j’ai oublié la couleur du pain…
Je ne sais plus frémir, être empoigné par le vent,
et les bonnes bêtes me regardent de travers.

Mais je ne suis pas un renégat, un traître!
Je vous ferai tous filer sous mon fouet!

Qu’on m’apporte des enfants et des fruits par brassés.

J’étais fait pour grandir à l’aventure comme une herbe folle,
et vous m’avez enfermé dans la cage.

WILLY FÉLIX – Lès djins // Les gens
Dialecte namurois de la Basse-Sambre

Lès djins

Lès djins, lès brâvès djins
Qui t’wès l’dîmègne à mèsse ponre in franc
din l’chirlike
Po s’mostrer calotins au gros maisse dèl fabrique;

Lès djins, lès brâvès djins
Qui choût’nu sins-ètinde, qui n’caus’nu qu’po-y-èse
fèles,
Sèrés come in deur pougn à tot ç’ qui n’est nin tèls;

Lès djins, lès brâvès djins
Qui s’ cass’rén’lès pénas po noûri leû pèkèye
Mins qui scrot’nu l’payîye jusqu’à l’dérène kékéye;

Lrès djins, lès brâvès djins
Qu’ègayol’nu leûs fèyes dins l’boûsse dès vîs qu’èls-ont
Et qu’ pourisiat’nu l’ mèskène po fé bêyî l’soçon;

Lès djins, lès brâvès djins,
Tos lès couyèt-modus qu’ont peû d’viker au djoùu
Mins qui l’ niût rassonr’rè po drénsî leûs mwês coûps;

Lès djins, lès brâvès djins
Qui s’ camoch’nu dins lès quate meurs di leû cassine
Po disclitchî l’morant d’leû consyince èt d’leû
chine;

Lès djins, lès brâvès djins…

Les gens

Les gens, les braves gens
que tu vois le dimanche, à la messe, pondre un franc
à la quête
pour se montrer dévots au gros patron de l’usine;

Les gens, les braves gens
qui écoutent sans entendre, qui ne arlent que pour
mordre,
fermés comme un poing dur à tout ce qui n’est pas eux;

Les gens, les braves gens
qui se couperaient en quatre pour nourrir leur nichée,
mais qui raclent les jusqu’au dernier morceau;

Les gens, les braves gens
qui enferment leurs filles dnas le sac des vieux riches
et qui s’envoient la bonne pour épater le copain;

Les gens, les braves gens
tous les couillons-trouillards qui craignent la lumière,
mais qu’assemble la nuit pour tramer leurs cabales;

Les gens, les braves gens
qui s’abritent entre les murs de leur baraque,
pour déverser la crève de leur conscience et de leur
carcasse;

Les gens, les braves gens…

EMILE LEMPEREUR
Dialecte carolorégien
(Spîtes d’âmes: Visâdje 1934 // Éclats d’âmes: Visage 1934, Châtelet, Dandoy, 1935)

Dji sère lès-uch lès fègnèsses
Pour gné qui l’ gnût broke dins l’ maujo;
On s’ rafurléye dilé l’ culot,
Chaquin pou swè, come dès couvrèsses.

Maugré qu’on fuche deûs d’ lé l’ tukwé,
On n’ s’afranchit né d’ène divise.
Lès coeûrs si bîl’nu dins l’ wachis’,
Lès coeûrs mérseûs, lès coeûrs scavès.

Lès-âmes, pus lédes ou pus pèzantes,
Avou lès côrps s’ lèy’nu baler…
Dji sin su m’ pia djômyi l’ passé,
Come ène pougnîye di cindes brûlantes.

Je ferme les portes et les fenêtres,
de peur que la nuit n’entre dans la maison;
on se replie au coin du feu,
chacun pour soi, comme des couveuses.

Bien qu’on soit deux près du foyer,
on ne hasarde aucune paroles;
les cœurs s’abîment dans la vase,
cœurs solitaires, cœurs écorchés.

Les âmes, plus viles ou plus lourdes,
avec les corps vont s’affaissant…
Sur ma peau, le passé s’attarde
comme une poignée de cendres brûlantes.

GEORGES SMAL
Dialecte du Condroz namurois
(Vint d’ chwache // Vent du nord , Namur, Editions des Cahiers wallons, 1953)

Dji baloujeu mièrnu po rapauji mès fives
Èt dji strimeu lès nwârs pazias blancs d’ nîve.

Èt volà padrî mi dj’oyeu montè doûç’mint
One tchanson qué lès vikants n’ conuchint nin.

A Chaque pas qui dji fyeu, lès vwès astint pus fèles.
Li nîve tchèyeut todi, pus blanke, pus bèle.

Èt dji sondjeu qu’ mès-ascaujîyes astint trop nwâres
Po fè rawyi lès vikants qu’astint mwârts.

J’errais seul pour apaiser ma fièvre
et j’étrennais les sombres chemins blancs de neige.

Et voilà qu’à ma suite j’entendis doucement monter
un chant qui était inconnu des vivants.

À chacun de mes pas, les voix étaient plus dures.
La neige tombait toujours, plus blanche, plus belle.

Et je songeais que mes foulées étaient trop noires
pour réveiller les vivants qui étaient morts.

©Livre : Maurice Piron – Poètes wallons d’aujourd’hui [Editions Labor – Espace Nord Références // 2005]
©Image : Serge Poliart

 

Lionel Richard – Expressionnistes allemands / Panorama bilingue d’une génération (Extraits) [2001]

felixmuller-conrad-gravure-sur-bois-der-weihnachtsstern-leuchtet-in-die-nacht-der-menschheit-letoile-de-noel-brille-dans-la-nuit-de-lhumanite

Cimio [Hugo Ball] (all)

Ein roter Himmel von Bukarest nach Paris:
Dein Körper ist über und über voll schwarzer Augen.
Wir legen die Hände gegeneinander wie grosse Fächer,
wenn wir uns lieben.
Dein Blinddarm ist krank, davon bist du sehr gelb.

Fliedersträusse wachsen aus deinen Ohren.
Dein ganzer kopf ist voll Flieder. ufgezäumt
bist du mit Flieder.
Deine Augenwimpern zucken und schlagen gleich
Schmetterlingsflügeln.
Deine Nase ist einer Klaviertaste sehr ähnlich.

Tanzende Hände hast du, T¨chterchen.
Dein schmales Becken bewegt sich, wenn du an
meiner Seite flatterst,
Sanftsüchtig gegen den Wind. Die grossen glühenden
Frauen liebst du.
In deinem Lâcheln lallen Apachenlieder.

Constanza heulte das Meer deinen Oheren.
Deine Finger stechen wie Dolche klirrende Glissandos in die Luft.
Deine Zunge is roter Kopf einer Schlange,
brennender Docht einer Lampe.
Auf deinem Schatten, Cimio, purzeln die kleinen Teufel
Wie schnalzende Fische, die man vom Bottich
aufs Trockene schüttet.

Cimio [Hugo Ball] (Fr)

Ciel rouge de Bucarest à Paris:
Ton corps est tout plein d’yeux noirs.
Nous posons nos mains face à face comme de grands éventails,
Quand nous nous aimons.
Tu as l’appendicite, et ça te rend très jaune.

Des bouquets de lilas poussent dans tes oreilles?
Ta tête entière est remplie de lilas. Tu es
Ornée de Lilas.
Tes cils palpitent et battent pareils
A des ailes et papillon.
Ton nez ressemble beaucoup à une touche de piano.

Tu as des mains qui dansent, fillette.
Ton bassin étroit, quand
Tu flottes à mes côtés,
Remue à contre-vent assoiffé de douceur. Ce sont
Les grandes femmes brûlantes que tu aimes.
Dans ton sourire balbutient des chants d’apaches.

A Constanza la mer hurlait à tes oreilles.
Comme des poignards tes doigts enfoncent dans l’air des glissandos
Qui résonnent.
Ta langue est la tête route d’un serpent,
La mèche enflammée d’une lampe.
Sur ton ombre, Cimio, les petits diables font la culbute
Comme des poissons qui claquent quand on les jette
De la cuve sur le sec.

Kleine Stadt [Ernst Stadler] (All)

Die vielen kleinen Gassen,
die die langgestreckte Hauptstrasse überqueren,
Laufen alle ins Güne.
Ueberall fängt Land an.
Ueberall strömt Himmel ein und Geruch von Bäumen
und der starke Duft der Aecher.
ueberall erlischt die Stadt
in einer feuchten Herrlichkeit von Wiesen,
Und durch den grauen Ausschnitt
niedrer Dächer schwankt
Gebirge, über das die Reben klettern,
die mit hellen Stützen in die Sonne leuchten.
Darüber aber schliesst sich Kiefernwald:
der stösst
Wie eine breite dunkle Mauer an die rote Fröhlichkeit
der Sandsteinkirche.

Am Abend, wenn die Fabriken schliessen,
ist die grosse Strasse mit Menschen gefüllt.
Sie gehen langsam
oder bleiben mitten auf der Gasse stehn.
Sie sind gesehwärzt von Arbeit und Maschinenruss.
Aber ihre Augen tragen
Noch Scholle, zähe Kraft des Bodens
und das feierliche Licht der Felder.

Petite ville [Ernst Stadler] (Fr)

Les ruelles nombreuses
qui coupent l’étendue de la longue rue principale
se dirigent toutes dans la verdure.
Partout la campagne commence.
Partout le ciel afflue et al senteur des arbres
et la forte odeur des champs.
Partout la ville s’efface
dans la souveraineté moite des prairies,
Et par l’échancrure grise des toits bas
les montagnes tanguent, escaladées par les sarments
qui brillent dans le soleil de leurs supports clairs.
et la forêt de pins qui sur tout cela se referme:
contiguë
Comme une baste muraille noire
à la sérénité rouge des églises en grès.

Le soir, quand les usines ferment,
la grand’rue est bourrée de gens.
Ils marchent lentement
ou restent debout au milieu de la chaussée.
Ils sont noircis par le travail et la fumée des machines.
mais ils portent encore dans leurs yeux
La glèbe, la vigueur tenace du sol
et la lumière solennelle des champs.

Krankes Wohnen [Alfred Wolfenstein] (All)

Dieses Gehn im trüben Tunnel der Strasse…
Bleiche Fenster spielen an mir vorbei.
Oben des keinen Himmels Einerlei
Wirft in die Scheiben ein schiefes Lachen.

Trocken kreischt die hündisch liegende Strasse,
Die mein fuss in Unruh und Hass gebraucht.
Niedre Luft, von Stadtgerüchen durcharaucht,
Speit auf meine Stirn aus pfeifenden Rachen.

Gähnend endet die Strasse.
Und die zuckenden Lippen atmen ins Freie hinaus,
Wo sich warm der Tiefe Grün und goldene Hoheit umfängt…!
Doch ich werde mich wenden… dumpf gedrängt…
In der Gewalt der Häuser bin ich zu Haus.

Demeures malsaines [Alfred Wolfenstein] (Fr)

Cette marche dans le tunnel sombre de la rue…
Des fenêtres blafardes jouent à défiler devant moi.
En haut l’uniformité du ciel exigu
Jette sur les vitres un rire oblique.

Desséchée braille couchée comme un chien la rue,
Que mon pas suit dans l’inquiétude et la haine?
Un air bas, travers des odeurs de la ville,
Vomit sur mon front en des sifflements vengeurs.

Elle finit sur un bâillement, cette rue.
Et les lèvres pantelantes respirent à l’air libre,
Où le vert des profondeurs
Et leur majesté dorée s’enlacent avec chaleur!…
Mais je vais m’en retourner…avec une oppression sourde…
C’est à la merci des maisons que j’habite.

anonyme-der-kapitalismus-der-das-werkatige-volk-zur-schlachtbank-hetzte-und-entrechtete-schreit-um-weiter-entrechten-und-ausplundern-zu-konnen-nach-der-nationaversammlung

Mein Schrei [Johannes R. Becher] (All)

Die trunkenen Nächte! Die trunkenen Nächte! –
Oh meine Jugend du! Blutende du! Empor, empor und
aufstehn, oh auferstehn!
Die schlaffen Muskeln wieder strecken!
Die matten Flügel wieder spreiten!
Die müden Schwingen wieder entfalten:
der Sonne zu!
Oh wieder:
Morgenröte-Umarmungen!…
Ja empor und aufstehn! Wenn es nicht anders geht
dich aufreissen, dein wimmerndes Herz ausreissen,
dich aufreissen aus Traumdämmerungen, Abendruhen
mit der kalten, höhnischen Gelassenheit und Grausamkeit der
Starken über die Vergewaltigten…

Dann:
mit gebreiteten Armen springen ins Morgenrot,
fliegen im Strahl der Sonne über die grossen Städte hin,
über namenlose Finsternisse hin,
Donnergründe, brausende Geheimnisse hin,
höher empor über alle Not, alle Armut, alle Schmerzen hin,
höher, höher empor:
dem Aufgang zu!…
Ja:
empor und aufstehn! Empor aus
qualmigen Verbrecherhöhlen, empor aus fettigen Dirnenspelunken
mit dem roten, gedämpfen Ampellicht, mit dem geputzten Schielen
weisshaariger Kupplerinnen, all der plumpen bäuerischen,
jämmerlichen Koketterie der Fleischschau
Empor aus spielhöllen, dem stieren Blick, dem Münzengeklirr,
empor aus Zuhälterkneipen, Ställen mit Absinthgerüchen,
schmierigen Aborten, Samengestank und Eitergeträufel,
dem Geklimper all der Tamburins, Klaviers und Musikautomaten.
Empor aus Freudenhäusern, den Kneiplokalen der Homosexuellen.
Empor aus Asylen, Krankenhäusern, Zuchthäusern,
Empor aus Irrenanstalten, Pestbarachen, all den Gehegen
tobender Alkohiker,
ächzender Tuberkulöser,
demaskierter Syphilitiker…

Oh du mein Schrei: auch Schrei der Zeit!
Steht auf! Steht auf! Schlagt nieder! Stosst zu! Brecht auf!…

Mon cri [Johannes R. Becher] (Fr)

Nuits ennivrées! Nuits enivrées!…
Oh! ma jeunesse, ô toi, sanglante, ô toi! Ascension, ascension et
Insurrection, ô résurrection!
De nouveau tendre les muscles flasques!
De nouveau étendre les ailes engourdies!
De nouveau déployer l’envol fatigué
Vers le soleil!
O de nouveau
Les étreintes-aurores!
Oui ascension et résurrection! S’il n’en va pas autrement
Que tu te déchires, t’arraches ton cœur geignant,
Te déchires des crépuscules chimériques, des silences du soir
Avec la froide placidité sarcastique et la cruauté des
Forts sur les violentés.

Puis
Bras tendus bondir dans l’aurore,
Dans le rayonnement du soleil survoler les vastes villes,
Survoler les ténèbres anonymes,
Les replis tonnants, les mystères mugissants,
Plus haut l’ascension,
Sur toute misère, toute pauvreté, toutes douleurs,
Plus haut, plus haut l’ascension
Vers le levant!
Oui ascension et résurrection! Ascension pour sortir
Des cavernes enfumées des criminels, des crasseux bouges à putains
Avec leur lumière rouge tamisée, avec le biglage endimanché
Des maquerelles aux cheveux blancs, toute la balourde coquetterie
Campagnarde pitoyable des chairs à l’étal.
Pour sortir des tripots, des yeux hagards, du cliquetis de la monnaie,
Des latrines sordides, du sperme puant, du pus qui coule,
De la sonnaille de tous les tambourins, pianos et machines à musique.
Pour sortir des maisons de joie, des boîtes pour homosexuels,
Pour sortir des refuges, des hôpitaux, des bagnes.
Pour sortir des asiles de fous, des baraques à pestiférés, des réserves
De tous les alcooliques déchaînés,
Tuberculeux gémissants,
Syphilitiques démasqués…

O toi mon cri: cri aussi de ce temps!
Insurgez-vous! Insurgez-vous! Abattez! Frappez! Défoncez!!

©Livre : Lionel Richard – Expressionnistes allemands / Panorama bilingue d’une génération [Editions complexe // 2001]
©Image 1 : Alfred Zacharias [Die Verratenen / Les trahis (« Die Aktion », XI. Jahr. N° 15-16)]
©Image 2 : Anonyme [Der Kapitalismus, der das werkärtige Volk zur Schlachtbank hetzte und entrechtete, schreit, um weiter entrechten und ausplündern zu können , nach der « Nationaversammlung » (« Die Aktion » 1918, N° 45-46)]