Daniel Barbez – …comme je suis, picard. (Extrait)

barges-n1

ichi ch’est cherq

y’a deux hérons à l’roc placquet
y’a des mouettes au leong d’l’escaut
y a une poule d’ieau qu’elle pourmène es tourmint
su l’glache du vivier thorn
y’a des moucheons tout plein l’héiire y a in rouche-gorche
su l’devanture y’a in mauviard bin noir
au pied du mur qui rinserre no gardin et pis no
vie qu’on a r’mis d’dins

ch’est in jour gris-bleuté ch’est in jour blanc
déhors i fait piquant
de l’nuit passée i a cai ène guisse ed neiche su
no pays mais foque ène guisse
ch’n’est pas’core aujord’hui que l’-z-infants
i veont d’aller pou apprinte c’que cha veut dire
el meot meiche qui n’se dit pus
et pis qui n’se dit pas pasqu’i s’advène
quansqu’on orsaque ses mouffes pou mette ses
deux mains in plein n’dins qu’cha fait freod
à les doigts qu’cha vous dérachèn reot les onques
et qu’cha fait kieaud à s’inkeurir tout nu in
travers de l’saison jusqu’à les beords d’in
printemps moussu

ichi ch’n’est pus nurvert ici ch’est cherq
ch’est l’rife goche de l’escaut
de l’cuisine on intind les baqués qui s’in veont su
tournai pou l’-z-avalants obin antoing pou les
moontants
ici ch’n’est pus nurvart neon ch’est l’pays des rocs
i d’a bin ène demi-doujaine alintour
i a la celle thorn que l’finme samain i dit
qu’elle est si belle mitan sauvache
mitan rebelle parèle à les heommes ed par-chi
et qu’lle se tait toudis parèle à les heommes
ed par-chi

l’semaine qui vient infin si i fait freod
mi j’vas d’aller li dire deux meots à celle
roc-là tout seu pad’zous m’passe-montane
j’veos déjà cha d’ichi

ch’s’rai-là su l’beord tout in héaut et i-ara
les arpes alintour qui-z-acout’reont sans rin
dire
elle dins l’bas elle s’ra là toute liche avec
ses bieaux flancs à nu et elle me ravis’ra
mi tout m’tit avec el pétit’finquée de m’n’halène
au d’zeux de m’tchiète comme in
pleumet
adon j’li dirais bin héaut j’vous aime bin
savez et m’finme i ne l’sara jamais

j’n’in peux pos ch’sus-t-insin
ch’sus-t-in infant déchimpe
et pis mi j’me sins bin ichi j’me sins d’ichi
et pis ichi c’est cherq.

 

ici c’est cherq

Y’a deux hérons à la carrière placquet
y’a des mouettes le long de l’escaut
y’a une poule d’eau qui promène son tourment
sur la glace du vivier de chez thorn
y’a des moineaux dans la haie y’a un rouge-gorge
sue le trottoir devant la maison
y’a un merle bien noir au pied du mur qui entoure
notre jardin et notre vie qu’on a replantée dedans

c’est un jour gris-bleuté c’est un jour blanc
dehors il fait piquant
durant la nuit passée un peu de neige est
tombée sur notre pays mais seulement un peu
ce n’est pas encore aujourd’hui que les enfants
iront apprendre ce que veut dire le mot neige
qui ne se dit plus et qui ne se dit pas d’ailleurs
parce qu’il se devine lorsqu’on retire ses
mouffles pour mettre les deux mains en plein
dedans quand ça fait froid aux doigts à
vous déraciner les ongles et que ça fait chaud
à s’encourir tout nu à travers la saison
jusqu’aux bords d’un printemps moussu

ici ce n’est plus nulle part ici c’est cherq
c’est la rive gauche de l’escaut
de la cuisine on entend les péniches qui s’en
vont vers tournai pour les avalants ou bien
antoing pour les montants
ici ce n’est plus nulle part non c’est le paus
des carrières il  y en a bien une demi-douzaine alentour
il y a la carrière thorn madame samain
dit que c’est la plus belle moitié sauvage
moitié rebelle pareille aux hommes de par ici
elle se tait toujours comme les hommes de par ici

la semaine prochaine s’il fait froid j’irais lui
dire deux mots à cette carrière tout seul en
dessous de mon passe-montagne
j’imagine déjà la scène
je serai sur le bord tout en haut et les arbres
écouteront pour ne rien dire
elle dans le bas elle sera là  toute lisse avec
ses beaux flancs à nu et elle me regardera
moi tout petit avec la petite fumée de mon
haleine au-dessus de la tête comme un plumet
alors je lui dira tout haut je vous aime bien
et ma femme n’en saura jamais rien

je n’y peux rien je suis ainsi fait je suis un
enfant de décembre et puis je me sens bien ici
je me sens d’ici comme un caillou dans la
carrière

et puis ici c’est cherq

©Vinyle : Daniel Barbez – …comme je suis, picard. [SPM records]
Publicités