Maurice Piron – Poètes wallons d’aujourd’hui (Extraits)

rue-rachot

JEAN GUILLAUME – Trop Taurd! // Trop Tard!
Dialecte Namurois

Trop Taurd!

Lai là tès lîves, va, m’fi.
As’ dandjî d’leû creûjète po comprinde lès
mouchons?

Vos-èstoz fwârts, vos-oûtes, avou vosse syince,
Fieûs d’rinkinkin!
Dji vos l’lai, pwârteûs d’bèrikes!

C’est ti-z-oûtes qui ma fait djoker,
Vos-avzos stî l’astantche qui l’ri va moru conte.

Ca fait qu’ dj’a lî branmint dès lives,
Mins dj’a rovî l’coleûr do pwin…
Dji n’sé pus frum’jî, ièsse apougnî pau vint,
Et lès brâvès bièsses mi r’wait’nu d’crèsse.

Mins dji n’so nin on r’nonçeu, on r’noyeû!
Dji vos f’rè ram’chi tortos avou mi scorîye!

Apwârtez-m’ dès éfants èt dès frûts à brèssîyes.

Dj’estéve fait po crèche à l’ivinvole come on cruwau,
Et v’m’avoz r’sèré è l’gayole.

Trop tard!

Laisse là tes livres, allons.
As-tu besoin de grimoire pour comprendre les
oiseaux?

Vous êtes forts, vous autres, avec votre science,
tas de pédant!
Je vous la laisse, porteurs de lunettes!

C’est vous qui m’avez arrêté,
vous avez été le barrage où vient mourir l’eau vive.

Eh oui! J’ai lu beaucoup de livres,
mais j’ai oublié la couleur du pain…
Je ne sais plus frémir, être empoigné par le vent,
et les bonnes bêtes me regardent de travers.

Mais je ne suis pas un renégat, un traître!
Je vous ferai tous filer sous mon fouet!

Qu’on m’apporte des enfants et des fruits par brassés.

J’étais fait pour grandir à l’aventure comme une herbe folle,
et vous m’avez enfermé dans la cage.

WILLY FÉLIX – Lès djins // Les gens
Dialecte namurois de la Basse-Sambre

Lès djins

Lès djins, lès brâvès djins
Qui t’wès l’dîmègne à mèsse ponre in franc
din l’chirlike
Po s’mostrer calotins au gros maisse dèl fabrique;

Lès djins, lès brâvès djins
Qui choût’nu sins-ètinde, qui n’caus’nu qu’po-y-èse
fèles,
Sèrés come in deur pougn à tot ç’ qui n’est nin tèls;

Lès djins, lès brâvès djins
Qui s’ cass’rén’lès pénas po noûri leû pèkèye
Mins qui scrot’nu l’payîye jusqu’à l’dérène kékéye;

Lrès djins, lès brâvès djins
Qu’ègayol’nu leûs fèyes dins l’boûsse dès vîs qu’èls-ont
Et qu’ pourisiat’nu l’ mèskène po fé bêyî l’soçon;

Lès djins, lès brâvès djins,
Tos lès couyèt-modus qu’ont peû d’viker au djoùu
Mins qui l’ niût rassonr’rè po drénsî leûs mwês coûps;

Lès djins, lès brâvès djins
Qui s’ camoch’nu dins lès quate meurs di leû cassine
Po disclitchî l’morant d’leû consyince èt d’leû
chine;

Lès djins, lès brâvès djins…

Les gens

Les gens, les braves gens
que tu vois le dimanche, à la messe, pondre un franc
à la quête
pour se montrer dévots au gros patron de l’usine;

Les gens, les braves gens
qui écoutent sans entendre, qui ne arlent que pour
mordre,
fermés comme un poing dur à tout ce qui n’est pas eux;

Les gens, les braves gens
qui se couperaient en quatre pour nourrir leur nichée,
mais qui raclent les jusqu’au dernier morceau;

Les gens, les braves gens
qui enferment leurs filles dnas le sac des vieux riches
et qui s’envoient la bonne pour épater le copain;

Les gens, les braves gens
tous les couillons-trouillards qui craignent la lumière,
mais qu’assemble la nuit pour tramer leurs cabales;

Les gens, les braves gens
qui s’abritent entre les murs de leur baraque,
pour déverser la crève de leur conscience et de leur
carcasse;

Les gens, les braves gens…

EMILE LEMPEREUR
Dialecte carolorégien
(Spîtes d’âmes: Visâdje 1934 // Éclats d’âmes: Visage 1934, Châtelet, Dandoy, 1935)

Dji sère lès-uch lès fègnèsses
Pour gné qui l’ gnût broke dins l’ maujo;
On s’ rafurléye dilé l’ culot,
Chaquin pou swè, come dès couvrèsses.

Maugré qu’on fuche deûs d’ lé l’ tukwé,
On n’ s’afranchit né d’ène divise.
Lès coeûrs si bîl’nu dins l’ wachis’,
Lès coeûrs mérseûs, lès coeûrs scavès.

Lès-âmes, pus lédes ou pus pèzantes,
Avou lès côrps s’ lèy’nu baler…
Dji sin su m’ pia djômyi l’ passé,
Come ène pougnîye di cindes brûlantes.

Je ferme les portes et les fenêtres,
de peur que la nuit n’entre dans la maison;
on se replie au coin du feu,
chacun pour soi, comme des couveuses.

Bien qu’on soit deux près du foyer,
on ne hasarde aucune paroles;
les cœurs s’abîment dans la vase,
cœurs solitaires, cœurs écorchés.

Les âmes, plus viles ou plus lourdes,
avec les corps vont s’affaissant…
Sur ma peau, le passé s’attarde
comme une poignée de cendres brûlantes.

GEORGES SMAL
Dialecte du Condroz namurois
(Vint d’ chwache // Vent du nord , Namur, Editions des Cahiers wallons, 1953)

Dji baloujeu mièrnu po rapauji mès fives
Èt dji strimeu lès nwârs pazias blancs d’ nîve.

Èt volà padrî mi dj’oyeu montè doûç’mint
One tchanson qué lès vikants n’ conuchint nin.

A Chaque pas qui dji fyeu, lès vwès astint pus fèles.
Li nîve tchèyeut todi, pus blanke, pus bèle.

Èt dji sondjeu qu’ mès-ascaujîyes astint trop nwâres
Po fè rawyi lès vikants qu’astint mwârts.

J’errais seul pour apaiser ma fièvre
et j’étrennais les sombres chemins blancs de neige.

Et voilà qu’à ma suite j’entendis doucement monter
un chant qui était inconnu des vivants.

À chacun de mes pas, les voix étaient plus dures.
La neige tombait toujours, plus blanche, plus belle.

Et je songeais que mes foulées étaient trop noires
pour réveiller les vivants qui étaient morts.

©Livre : Maurice Piron – Poètes wallons d’aujourd’hui [Editions Labor – Espace Nord Références // 2005]
©Image : Serge Poliart

 

Publicités

Louis Quievreux – Dictionnaire du dialecte bruxellois (extrait) [1991]

6-piero-manzoni-merda-dartista-n-31-1961-diam-65-cm_jpg_crop_displayKAKKE (ou caquer) : fienter

Kakkebroek : Pantalon fendu que portaient les petits enfants.

Kakkedaure : Chaise percée. (Schuermans: Kakkedeur, kakkedoor: nachtstoel met opening en onder met een pot om in te kakken)

Sigart: « Kaker: chier. Ce mot appartient plutôt au marollien qu’au wallon. On ne s’en sert plus guère (Mons, 1866) que pour se moquer de la prononciation flamande // allaie kakaie à l’verte allaie // »

« Wat drommel heb ick in, alweder groote kack » (causée par la peur); dans « de Gedwonghe Griet », farce bruxelloise du XVIIe siècle.

Kackhuys voulait dire « basse chambre ». Certains, surtout chez les paysans, avaient deux lunettes.

« Men sou op beyde wel mijn bril van ‘t kackhuys setten » dans la « tirade des nez » de « Lemmen met sijn Neus » farce bruxelloise du XVIIe siècle. « Hij heeft twee hollen, kijckt, als ‘t kackhuys van een booer. » (idem)

©Livre : Louis Quievreux – Dictionnaire du dialecte bruxellois [Editions Livro-Sciences // 1991]
©Image : Œuvre de Piero Manzoni « Merda d’artista » [1961]