Hélène Prigogine – L’objet de cet objet (Extrait) [1983]

body-movement-006

le bras d’abord avant même que la main ne se raidisse ou ne s’ouvre ou ne se sente avant même

le bras souple celui de droite peut-être porté à droite montrant la droite en un geste non calculé celui de droite sans doute à droite

à plat et perpendiculaire

perpendiculaire au corps raide non assoupli avant même qu’il ne sente le mouvement une douleur à l’aisselle un picotement à la hanche une contraction de l’épaule avant même

qu’il n’avance jusqu’à la perpendiculaire qu’il monte en direction de la tête et s’arrête avant même la perpendiculaire à plat sur le drap sans doute sur le drap fripé et moite peut-être Lire la suite

Publicités

TOM GUTT – Droit d’asile pour les barbares (Extraits)

30725433_744676892586554_8399450713658228736_n

DROIT D’ASILE POUR LES BARBARES

NE PASSONS JAMAIS A L’ACTION. J. A. Dupont

J’ENTENDS ME FORMALISER PEU
DES CONTRADICTIONS APPARENTES. Tom Gutt.

Je préviens dès l’abord le lecteur que je le considère quel qu’il soit, comme un crétin, un cuistre et un lâche. Ceci posé, qu’il n’a pas chercher ici un raisonnement mené avec la rigueur qu’y pourrait déployer un logicien. Je déteste m’ennuyer lorsque j’écris, mais ennuyer le lecteur m’apparaît alléchant. Je ne doute pas que, à cet égard, pareille affirmation se prête à toutes les facilités relativement aux jeux de mots qu’elle pourrait susciter. Il s’agit donc de notes groupées avec un semblant de cohésion, puisque aussi bien la foule risquerait de mal interpréter les insultes portées à son compte dans l’occurrence où j’userais ici d’un langage irrationnel.
Lorsqu’il est écrit je, on peut parfois lire nous, ce qui, bien entendu, ne change rien à l’affaire.

Lire la suite

Marcel Moreau – Morale des épicentres (Extraits) [2004]

10849888_10205021360561159_686677638461923721_n

Ecrire me plongeait la tête dans mes entrailles. Puis c’est tout le corps verbal qui suivant, accroupi, ou agenouillé en elles. A ce prix, j’avais droit à une Muse, de noir vêtue. Mon corps verbal était un contorsionniste, dans mon corps charnel. Il le fallait, en raison des méandres. Mes tripes étaient les épousées de mes mots. Je ne vous raconterai pas ces noces. C’est déjà fait. Elles se sentent plus qu’elles ne se narrent. Cette oeuvre à une odeur. Elle se lit par les narines autant qu’avec les yeux, me disais-je.

Dans le dialogues, trop de boucliers, trop d’armures protègent la pensée de son authenticité. On se parle non pour agrandir sa conscience, mais pour la confirmer dans ses peurs, ses limites, le confort de savoir ce qu’elle sait, au lieu qu’elle se porte au-delà de ce qu’elle sait. Si le dialogue n’est pas une aventure dans l’inconnu, alors, il n’est qu’une conversation dont on connaît d’avance les moyens et les fins. Nous n’irons pas plus loin que ce que nous croyons que nous sommes. Nous ne sommes pas assez, mais il vaut mieux ne pas quitter les chemins balisés où nous nous résignons à ne pas être plus que ce pas assez. Quand à être trop n’y songeons pas. C’est tellement dangereux, et c’est contre-indiqué pour les lois de l’équilibre, si chers à la spiritualité moderne et triomphante.

Lire la suite

Jean-Paul Thaulez – Le théorème du pitre (Extraits) [2001]

Clara Tice-Jedna od ilustracija

(Hommage à Jean-Paul Thaulez, auteur belge d’aphorismes décédé au mois de février.)

 

« Dans la cage aux dompteurs, le lion pète d’effroi. »

« La labrador, des labrarêves. »

« J’ai fait mieux qu’Armstrong: j’ai été dans la Lune,
Et j’y ai laissé mon chapeau. » Lire la suite

Deux femmes au bord des mots…

Clara_Tice7

Éliane Polsky – Narcisse

J’ai fait aujourd’hui mes gestes de chatte au soleil
J’ai humé mes cheveux à l’odeur de santal
J’ai souri au miroir
Parce qu’il y avait une mer d’ambre dans mes yeux
et que mes mains étaient légères et nacrées. Lire la suite

Jacques Sternberg – Vivre en survivant / Démission, démerde, dérive (Extraits) [1977]

Hay Editor! Caption this - the Penguins

Qui donc a affirmé que l’esclavage avait été aboli sur cette terre ? Et sur quoi se base-t-on pour affirmer cela ? Que sont ces milliards de salariés à bas prix, condamnés au silence forcé, au zèle à perpétuité, à la réclusion durant huit heures par jour, sinon des esclaves ? On dit que l’esclavage n’a plus cours pour truquer les cartes, créer du mirage, ne pas éclabousser le système, ce qui entraverait la bonne marche des affaires, donc la marche triomphale du monde. Tout ce qui fait la gloire et la puissance, la fierté de l’insolence des patries – ces gros patrons – découle en effet de l’efficience, du fric, du rendement, du bénéfice, donc du travail. Pas pour rien que ce mythe sacré est celui qui est le mieux protégé. Le plus sûrement aspergé de guirlandes et de sucre candi par la morale, la religion, la justice, le bon sens et l’ordre social. Pas pour rien non plus que les employeurs, tout en les méprisant et en les exploitant, craignent leurs salariés comme la peste noire : eux seuls, en cessant de travailler, en déposant la pelle, le tampon ou la truelle, peuvent provoquer l’écroulement de tout un monde, l’explosion de tout un échafaudage. Même les révolutions ne peuvent pas dynamiter le mythe du travail : quand elles réussissent, on change simplement de patron, l’Etat tout-puissant remplace le rapace patron privé, on travaille aussi dur pour un salaire de famine sous la bannière sacrée du prolétariat divin, et il faut la boucler sous prétexte que tout écart de langage peut nuire au Bien du Peuple.
Lire la suite

Le jazz de Robert Goffin (1) – Sidney Bechet

sidney bechet

Quelle femme fleurit dans les rhododendrons
Sous la pluie aux clairières de Louisiane
Déjà le bruit du vent meurt dans les saxophones
Sous quel baiser nocturne ont noirci les sureaux
Des têtes d’astrakan sentent battre la jungle
Ils portent l’horizon d’un rythme maléfique
Et leurs lèvres sont bleues à force de nuits blanches Lire la suite

Fables de La Fontaine interprétées par Coco Lulu (Extraits)

L-incroyable-arche-de-Noe-de-l-artiste-chinois-Cai-Guo-Qiang

Trintje et el’ cruch’ avec du lait
(à Fredje Mabille)

Trintje allait porter z’en ville
Un’ cruch’ avec du lait…
Et comm’ toujours ça s’fait
Y gn’avait plus’ du l’eau que du lait
Dans l’ cruch’ de cett’brav’ file… Lire la suite

Juan d’Oultremont – Nuit de noces (Extraits) [2007]

« Nuit de noces » est un recueil de 71 nouvelles écrites autour de 71 menus de mariage tirés de la collection de l’auteur.

Joseph & Aline

Joseph & Aline
6.04.1929

Sur la gauche, les cheveux d’Aline se mêlaient au damassé du traversin – de fines rigoles claires qui lui remontaient dans la nuque.
Elle plissa le front et tendit la main en direction de Joseph en lui disant :
– Je pense qu’à présent plus rien ne nous interdit de nous embrasser avec la langue. Lire la suite

Bernadette Bodson-Mary – Thamalou (Extraits) [2004]

Hilma-af-KlintsuperJumbo

Cassé

Mon coeur est un vase de Chine
chiné chez les Ming
cassé
bing bang
mon ami, mon aming
assez

Algérie

Belle et sensuelle
la voix
voilée
d’une fille
d’Allah
talon dénudés

Belle et sensuelle
la balade
ailée
d’une ballerine
dans les sables
de Bou-Saâdah Lire la suite

Calogero Volpe

Scott-Scheidlygreen-humpback-moth-59
(Calogero Volpe, élève à l’Ecole Primaire Communale de la rue de Fexhe, à Liège, avait dix ans lorsque ces textes furent écrits. Il est née en 1957 à Favara (Italie) et vit (ou a vécu?) à Liège. Les textes suivants ont été publiés dans la revue POESIE #27 « La nouvelle poésie française de Belgique. En 1971, les droits de reproduction étaient réservés à Jacques Izoard.)

LA SOUPE AU CHOUX ROUGES

La soupe aux choux rouges, il lui faut longtemps pour qu’elle se cuise, car il lui faut une demi-seconde pour qu’elle se cuise. Je la cuis, quand un chou me salua par ses deux oreilles pour dire qu’il avait froid. Je ne savais plus où je devais le mettre. Je le mets dans le placard noir. Il dit qu’il fait trop clair. A la fin, je le tue et un coup de pied tomba par le plafond. Car ce plafond été troué, car il était trop solide assez.

LE LOUP CURIEUX

Un jour, quand je jouais, j’ai vu un loup. C’était un loup pas comme les autres. Au lieu d’être carnivore, il était granivore. Il avait une tête de chat et une gueule de chien. J’écrase sa queue et elle devient une queue d’ours. Et la pelure de singe.

Il était un jour un petit garçon qui trouve un franc. Alors il plante le franc. Et un jour il y a un arbre avec énormément d’argent. Il était si petit qu’il achète un alais de géant. Il se dit : « Comment faire pour monter les marches ? » Soudain, il a une idée. Il ouvre la bouche, met la pompe et se gonfle.

Il y a un serpent. Je lui coupe la tête. Il lui en pousse deux. Comme il a une queue, je lui en coupe deux. Il mesure cinq mètres et comme cinq mètres égalent cinq centimètres, je le mets dans une boîte de cinq centimètres cubes. Un bon jour, il meurt, parce qu’il faisait « atchoum ! », et puis il devient du sable. Lire la suite

Jacques Izoard – Mots maudits sans mot dire ou dictons qui prennent eau de toutes parts

27_Maudits_mots_ dits meunier

« Nuage n’est que nuage si le ciel bat de l’aile. »

« Lapereau sous la paume. L’enfance y palpite. »

« La suie est la sœur. Le sable est le frère. »

Touche la petite haleine qu’un miroir ternit. »

Lire la suite

J. Vingtergnier – Dame seule [1923]

P1140915

Par un beau soir de Septembre
Olga lasse de lumière
à son heure coutumière
s’est enfermée dans sa chambre.
Mais le souvenir la hante
du soleil de la Riva
et de l’ombre du Ghetto.

Insomnie des nuits d’hôtel
au bassin Cavaletto!

Soupir voisin d’une amante!

« Et moi, serais-je moins belle
quand mon ami n’est pas là? »

Étreinte de l’oreiller
Désir ardent de caresses
qui vous retient éveillé.
Sur sa poitrine elle presse
La nuit chaude et langoureuse.
Oh! torpeur délicieuse!
Lent plaisir des solitaires!
Un spasme bref de la chair
et puis dans la chambre grise
la chute d’une âme éprise
du velours de son baiser.
De l’excès de son bonheur
en abîme extatique…

Au bruit lointain du moteur
d’un invisible moustique.

©Livre: J. Vingtergnier – Ronds de fumée Poèmes [Bruxelles // 1923]
©Illustration : Pierre de Vaucleroy

Paul Dewalhens – Cymbalum Mundi (Extraits) [1970]

paul dewalhens

PHILEMON

Il était né avec des boyaux d’un vascularisme rhapsodial. Le cal mal placé sur la fessedroite, héritage de congénitalesque mascarade, l’incommodait et le portait à invectiver l’almanach à toute heure du jour. Il se nourrissait de condiments mauresques et de fruits de l’arbre à faune. Les perles, disait-il, sont aussi bien mangées par les cochons que par un président de tribunal de première instance. Il sentait la vie jusqu’au raglan et savait que les exigences sont faites de corps-de-garde et d’hommes-à-fleurs. Héla! Il avait la bourse sèche comme un rebec!

UN HOMME

Arthur a tout ce qu’il faut pour être heureux: des affaires qui prospèrent, une femme aimante et économe, des enfants qui ne boudent pas à la besogne, des propriétés, des argents.
– Comment vas-tu, Arthur?
– Mal, je m’emmerde!

Lire la suite

Jean Stiénon du Pré – Pensées (Extraits) [1966]

ooak-necklaces-07-e1316456536620

« Les souvenirs lointains perdent leurs contours; de là, leur étendue. »

« Les fruits rares reposent sur la paille; les artistes également. »

« Il en va de certaines vies comme de certains tableaux : elles ne valent que par les détails. »

« Le pain le meilleur peut renfermer une blatte. »

« C’est en marchant à l’ombre qu’on apprécie l’été. »

« La main fine, non la bague, mérite l’écrin. »

« Je ne suis heureux qu’attelé; l’écurie me dégoûte. »

« La solitude est un verre d’eau où fond un morceau de sucre. »

« La flamme n’a pas toujours l’éclat du chandelier. »

« On peut additionner les chiffres; on n’en découvre pas l’essence. »

« La vertu est un glaive dont on ne voit que la garde. »

« On aime caresser la plume d’une flèche. »

« Va-t-on perdre sa route, une croix vous l’indique. »

« La mer embrumée respire par les bouées. »

« Quand passent les nuages, on regarde le ciel. »

« Qui tient le milieu de la route, ne cueille pas les fleurs. »

« Parfois les bras de la croix qu’il porte en lui sont tels, que l’homme ne peut joindre les mains. »

« L’esprit brûle, toutes portes ouvertes. »

©Livre : Jean Stiénon du Pré – Magnificence [Editions des artistes // 1966]
Bijou : Artiste : Margaux Lange
net: http://www.margauxlange.com

 

Rose-Marie François – La servitude / Èl sèrvitûde

tertre10

J’EMPRUNTE LA SERVITUDE qui mène d’Haut-Tertre à l’Enfer, suivant l’alternance des herbages et des étangs, longeant les barbelés qui enserrent le chemin dès que la cabine électrique annonce l’entrée du village. Ce bloc de béton chargé d’isolateurs est frappé aux armes de la foudre et du poison: tibias croisée, sourire irrévocable. Lire la suite

Armand Permantier – Le chant du barbaresque (Extrait) [1950]

Der-Orchideengarten--1920-cover--Carl-Rabus-_90000

Ma Gwendoline, elle pourrissait sur l’arbre. Elle se cachait dans les buissons. Elle hurlait sa peine aux profondeurs nébuleuses des pastiches. Elle récriminait sans cesse sur sa besogne mitoyenne, ce qui la laissait pendante sur ses cornues.

Lire la suite