Chez les autres (4)… Revue Catastrophes.

revue catastrophe

 Catastrophes : écritures sérielles & boum

Présentation par Tristan Hordé: https://www.sitaudis.fr/Parutions/catastrophes-revue-numerique-de-poesie.php

« Contrairement à ce que l’on pourrait penser, très peu de revues exclusivement consacrées à la publication de poèmes sont publiées sur internet, comme par exemple, « Ce qui reste. « Catastrophes », depuis octobre, a fait ce pari : pas de notes de lecture, pas de commentaires, seulement un éditorial en accord avec le titre retenu pour chaque livraison : « Octobre 17 », « Zombies ou fantômes », « Noël au ball-trap », « Hautes résolutions », « L’esprit du bas ». Chaque fois, les textes sont regroupés en ensembles dont la désignation n’est pas faite, volontairement, pour orienter le lecteur, mais participe de l’esprit de la revue ; qu’on en juge : pour le premier numéro, « Boum », « Tilt », « Shebam », « Dring », « Wizzzz », pour le dernier, « fous », « lubriques », « cornards », « bateleurs ». De plus, des poèmes publiés en feuilleton passent dans des rubriques différentes d’un mois à l’autre. »

Publicités

L’agenda des mots : LA PLUS GRANDE CHASSE AUX LIVRES DE BRUXELLES [18 février – 25 février]

259 Marie Montard

En 2016, la Foire s’était associée à la Première RTBF et Visit.brussels pour proposer des bibliothèques éphémères dans différents lieux de la capitale. Cette année, nous allons encore plus loin dans notre objectif de démocratisation de la culture avec un projet ludique et familial. Les chasseurs de livres constituent une communauté née sur les réseaux sociaux dans le but d’encourager le partage et la découverte autour de la lecture. Pour cette nouvelle édition, la Foire s’inspire de cette belle initiative pour proposer la plus grande Chasse aux livres de Bruxelles. Plus de 1.000 livres seront cachés entre le 18 et le 25 février dans différents quartiers de la capitale. Chaque jour, des centaines de livres seront donc mis à disposition du public, dès 10h30.

Pour participer, rien de plus simple : il suffit de télécharger l’application de géolocalisation Neareo. Celle-ci vous permettra de trouver l’endroit exact où se trouvent les livres et vous avertit si vous passez près de l’un d’eux.

Plus d’infos: http://flb.be/la-plus-grande-chasse-aux-livres-de-bruxelles/

Facebook: https://www.facebook.com/events/1161466364018648/

Oeuvre (Photographie) :  Mazrie Montard

Inédits (6)… André Stas & Eric Dejaeger – SOrNETS (IX)

Sornet 09

Fort nerveuse, elle attend, pâle, sur le divan,
Rêveuse, hystérique, paranoligophrène,
Edmund aka Sigmund, aux trois quarts schizophrène,
Un géant la poursuit, bâti comme Cravan.

Détends-toi ! Je te prends le surmoi par devant.
Je suis trop pressé à ton avis, hébéphrène !
Ulule tant et plus, il n’est rien qui me phrène,
Ne crains pas de tenter ce trip très captivant.

Gentille montre-toi, qu’à fond je te consulte,
Laisse-moi te fouiller pour qu’après je t’insulte
Ainsi que tous les psys attendant leur cachet.

Caractériel émoi qui tes tripes convulse !
Anorexique, allez, vomis dans ce sachet !
Ne crains rien, fais-moi tout, ton âme se révulse.

©André Stas & Eric Dejaeger (http://courttoujours.hautetfort.com/)
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier
soRnets (sornet : masculin de sornette, sonnet classique avec acrostiche)

 

Le jazz de Robert Goffin (1) – Sidney Bechet

sidney bechet

Quelle femme fleurit dans les rhododendrons
Sous la pluie aux clairières de Louisiane
Déjà le bruit du vent meurt dans les saxophones
Sous quel baiser nocturne ont noirci les sureaux
Des têtes d’astrakan sentent battre la jungle
Ils portent l’horizon d’un rythme maléfique
Et leurs lèvres sont bleues à force de nuits blanches Lire la suite

Extraits du hasard (7)

(Des extraits trouvés au hasard d’un site internet, d’un partage sur Facebook, d’une citation dans un livre, une référence dans un film…)

mode homme moderne

« Dans une société qui ne sait plus rien de l’Ascète, ni du Guerrier; dans une société où les mains des derniers aristocrates semblent faites davantage pour des raquettes de tennis ou des shakers de cocktails que pour des épées ou des sceptres; dans une société où le type de l’homme viril – quand il ne s’identifie pas à la larve blafarde appelée “intellectuel” ou “professeur”, au fantoche narcissique dénommé “artiste”, ou à cette petite machine affairée qu’est le banquier ou le politicien – est représenté par le boxeur ou l’acteur de cinéma; dans une telle société, il était naturel que la femme se révoltât »

©Livre : Julius Evola – Révolte contre le monde moderne, XX “Homme et femme”, 1934

Lire la suite

Inédits (5)… André Stas & Eric Dejaeger – SOrNETS (II)

Sornet 02

Eh ! vous l’avez élu, ne venez pas vous plaindre
Même si ce qu’il fait n’est pas pour vous ravir.
Marine ce fut non, qui eût su mieux sévir.
Avec le beau Manu, avez-vous moins à craindre ?

N’en doutez pas, il sait à douiller vous contraindre.
Un chouia de patience, il va vous asservir
Et très bientôt son goût du pouvoir assouvir.
La matrolygnagnie, il aime à s’y astreindre.

Maîtresse puis épouse, un fort bel amour fou.
Avec un pareil couple amoureux de Corfou,
C’est sûr que les people auront saines lectures.

Rien vous ne sauverez, c’est plutôt décevant.
On aura beau vous voir perdus en conjectures,
Nous, c’est : chacun sa merdre ! Allez donc de l’avant !

©André Stas & Eric Dejaeger (http://courttoujours.hautetfort.com/)
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier
soRnets (sornet : masculin de sornette, sonnet classique avec acrostiche)

 

Valentine Goby – « Je me promets d’éclatantes revanches » (Extraits) [2017]

delbo3

Depuis l’enfance, la littérature ne m’est jamais apparue comme un divertissent, une chance de métamorphose, de projection dans des formes et des voix étrangères. Sous les fleurs du papier peint de ma chambre, ce n’est pas quitter la pièce que j’ai voulu, la maison, le village, m’échapper hors du monde connu; au contraire, tous mes voyages littéraires ont été intérieurs. J’ai reconnu en moi l’ennui de Madame Bovary en sa province triste, en moi le désir de fugue du Grand Meaulnes, en moi la foi aveugle de l’amoureuse Ariane dans Belle du Seigneur, en moi la colère des mineurs de Zola devant l’injustice; ils ont surgi comme autant de trésors enfouis, enfin débusqués. Je me revois, petite fille, chauffer à l’ampoule d’une lampe une lettre écrite au jus de citron, jusqu’à ce qu’apparaisse le message caché. La littérature n’a eu d’autre mission que sonder mes cavernes, allumer des torches. Lire a été non une quête d’exotisme mais une entreprise d’excavation: la révélation de ce qui me relie intimement au monde; me coule dans sa respiration; me fait une semblable.

Lire la suite

Paul Rameau – Gris (passages) (Extrait)

P1150636

[…] Innocente est la beauté qui commence avec des raisons. Que l’on devine amantes ou inconnues. La rue est l’épaisseur du moment. Le temps qu’elle fait dépend de ceux qui l’aggravent. Le pavé recule  ers l’industrie. Du fer roule d’esprit en esprit. Des femmes récoltent le sirop des tissus dont l’aigreur rappelle le sommeil au danger des hommes. Et ceux-là ne rentrent qu’avec deux grammes de pouvoir sur les fumées. Certaines ont planté leur croix et enfanté. Ici c’est la tourbe c’est le calcul c’est la rage c’est un glissement d’époque dans les voix. Ici on fait sonner ce qu’on rompt. Lire la suite

Henri Nouveau – Pensées et Aphorismes (Extraits) [1970]

Marie Josée Roy_paintings _ sculptures _ artodyssey (19)

« Penser, ce n’est pas réfléchir mais devancer. »

« Remarque : au cinquième étage, sur un piano désaccordé, quelqu’un joue du Chopin. C’est atroce. Se pourrait-il que mes nerfs fussent semblablement mal accordés, et que la vie, en jouant sur eux, produisît une aussi atroce musique? »

« – O vie, laisse-moi! Je te bénis quand même! » Lire la suite

Fables de La Fontaine interprétées par Coco Lulu (Extraits)

L-incroyable-arche-de-Noe-de-l-artiste-chinois-Cai-Guo-Qiang

Trintje et el’ cruch’ avec du lait
(à Fredje Mabille)

Trintje allait porter z’en ville
Un’ cruch’ avec du lait…
Et comm’ toujours ça s’fait
Y gn’avait plus’ du l’eau que du lait
Dans l’ cruch’ de cett’brav’ file… Lire la suite

Jacques Sojcher – Éros errant (extraits) [2016]

Imogen Cunningham

Tu aimes le mot Femme.
Son orgasme fait trembler
la langue.
Tu envoies des cartes postales
urbi et orbi.
C’est une déclaration.
Peu de femmes restent
insensibles
à ce geste délicat.

Tu quittes les bras de Sophie
pour ceux de Marie.
Tu te retrouves dans le lit d’Angèle.
Félicienne arrive de son village natal,
Frida de la frontière avec l’Allemagne.
Tu n’as jamais connu d’Indienne,
de Japonaise au masque souriant.
Ta géographie féminine a des lacunes.
Ta vie te semble très locale.

Tu lui propose d’être l’intérimaire
Pendant l’absence de son mari.
Elle ne te dit ni oui ni non.
Tu la soupçonnes d’être volage.
C’est un secret visible
sur son visage.
Le désir aime la jalousie
et peut-être la trahison.

Lire la suite

Juan d’Oultremont – Nuit de noces (Extraits) [2007]

« Nuit de noces » est un recueil de 71 nouvelles écrites autour de 71 menus de mariage tirés de la collection de l’auteur.

Joseph & Aline

Joseph & Aline
6.04.1929

Sur la gauche, les cheveux d’Aline se mêlaient au damassé du traversin – de fines rigoles claires qui lui remontaient dans la nuque.
Elle plissa le front et tendit la main en direction de Joseph en lui disant :
– Je pense qu’à présent plus rien ne nous interdit de nous embrasser avec la langue. Lire la suite

Ilse Aichinger – Où j’habite (Extraits) [2007]

citées obscures

J’habite désormais à la cave. L’avantage c’est que ma femme de ménage n’a plus besoin de descendre au charbon, nous l’avons à côté, elle en paraît tout à fait contente. Je la soupçonne ne pas poser la question pour la simple raison qu’elle y trouve son avantage. Quant aux travaux ménagers, elle ne s’est jamais donné trop de mal, et ici moins encore. Il serai ridicule d’exiger d’elle qu’à chaque heure elle époussette la poussière de charbon sur les meubles. Elle est contente je le vois sur sa figure. Et tous les matins l’étudiant monte en sifflant l’escalier de la cave et le redescend le soir.  La nuit, je l’entends qui respire profondément et régulièrement. Je voudrais bien qu’il ramène quelque jour une fille qui trouverait surprenant qu’il habite à la cave. Mais il ne ramène pas de fille. Lire la suite

Lectures en passage (2)… Joaquim Hock

paul octavious

À la manière de la Tentative d’inventaire des aliments liquides
et solides que j’ai ingurgité au cours de
l’année 1974 de Georges Perec, voici la liste des livres que j’ai lus (entièrement) ou relus au cours de l’année 2017 (Joaquim Hock):

(Liste publiée sur Facebook)

– ça c’est la Russie (Dominique Bromberger)
– Le chevalier de ventre à terre (Gilles Bachelet)
– Roti-Cochon, ou méthode très facile pour bien apprendre les enfans à lire en latin et en françois,
– Notre besoin de consolation est impossible à rassasier (Stig Dagerman)
-Epigrammes (Ambrose Bierce)
– Martian Time Slip (Philip K. Dick)
– Dr. Bloodmoney (Philip K. Dick)
– Now wait for last year (Philip K. Dick)
– Cosmos (Witold Gombrowicz)
– Hérétiques (G K Chesterton)
– MaxJacob – poètes d’aujourd’hui (André Billy)
– Douze nouvelles/Dodici raconti (Dino Buzzati)
– Si ce monde vous déplaît (Philip K. Dick)
– Dernière conversation avant les étoiles (Philip K. Dick)
– Coulez mes larmes, dit le policier (Philip K. Dick)
– Dictionnaire des idées reçues (Gustave Flaubert)
– Max Ernst (Gaston Diehl)
– Minutes de sable mémorial (Alfred Jarry)
– Commentaires pour servir à la lecture des Minutes de sable mémorial (collectif)
– La revanche de la nuit (Alfred Jarry)
– Le siècle des charognes (Léon Bloy)
– La montagne morte de la vie (Michel Bernanos)
– L’envers de l’éperon (Michel Bernanos)
– Le murmure des dieux (Michel Bernanos)
– Race et histoire (Claude Lévy-Strauss)
– Voyage au pays des Gagaouzes (Marianne Paul-Boncour)
– La chevalière de la mort (Léon Bloy)
– Les maîtres humoristes: Honoré Daumier, librairie Jouen, 1907
– Tristes tropiques (Claude Lévy-Strauss)
– Les chênes qu’on abat (André Malraux)
– Le puits et les bas-fonds (G K Chesterton)
– Album Georges Perec (Claude Burgelin)
– Le clavecin autrement (Elisabeth Chojnacka)
– Le voyage de monsieur Perrichon (Eugène Labiche)
– The flying inn (G K Chesterton)
– Chesterton face à l’islam (Philippe Maxence)
– Le pont sur la Drina (Ivo Andric)
– Les beaux jours de la rue de la main d’or (Gyula Krudy)
– Alphabet (Joseph Delteil)
– Les boutiques de cannelle (Bruno Schulz)
– Le sanatorium au croque-mort (Bruno Schulz)
– La fin de la sagesse et autres contes extravagants (G K Chesterton)
– Paycheck et autre nouvelles (Philip K. Dick)
– Des éclairs (Jean Echenoz)
– Lepinski Vir guide (collectif)
– Le livre de la pauvreté et de la mort (Rainer Marie Rilke)
– La vérité avant-dernière (Philip K. Dick)
– Bartok Memorial house (collectif)
– Simulacres (Philip K. Dick)
– Serbie: mythologies balkaniques (G. Pério-Valero)
– Poèmes algol (Noël Arnaud)
– Le zappeur de monde (Philip K. Dick)
– Topor, voyageur du livre tomes 1&2
– Brèche dans l’espace (Philip K. Dick)
– Musée de marine (Joseph Delteil)
– Le géant de la gaffe (André Franquin)
– L’anatomie du gag et autres essais (Vaclav Havel)
– Les clans de la lune alphane (Philip K. Dick)
– Comment parler le belge (Philippe Genion)
– Traum, Philip K. Dick le martyr onirique (Aurélien Lemant)
– Deus Irae (Philip K. Dick/Roger Zelazny)
– Oursins et moineaux (Sjon)
– La fille aux cheveux noirs (Philip K. Dick)
– Petit catéchisme à l’usage de la classe inférieure (August Strindberg)
– L’exégèse tome 1&2 (Philip K. Dick)
– Les hauts cris (Norge)
– Clérambard (Marcel Aymé)
– Une double famille et autres nouvelles (Balzac)
– Les photographies conceptuelles d’Erwhan Ehrlich révélées par Roland Topor
– Amerigo (Stefan Zweig)
– Le rêve de l’escalier (Dino Buzzati)
– La cuisine cannibale (Roland Topor)
– Le tunnel (Ernesto Sabato)
– Le château des destins croisés (Italo Calvino)
– Cronopes et Fameux (Julio Cortazar)
– Mon ami Kronos (Pierrre Albert-Birot)
– Les écrivains nuisent beaucoup à la littérature (Eric Allard)
– Trésor des fèves, fleur des pois (Charles Nodier)
– Etrangers de Paris (Alexandre Vialatte)
– Une fille d’Eve (Balzac)
– Thomas l’imposteur (Jean Cocteau)
– Le temps désarticulé (Philip K. Dick)
– Confessions d’un barjo (Philip K. Dick)
– Merlin (anonyme 13ème siècle)
– Les premiers faits du roi Arthur (anonyme 13ème siècle)
– Divers faits (Jacques Sternberg)
– Le grand livre vert (Graves/ Sendak)

©Photographie :  Paul Octavious

 

Lectures en passage… Yves Billet

pile-livre-tas-bouquin- paul octavious

TOP LIVRES & REVUES (liste publiée sur facebook)

– Dominique Rameau – sanglier (José Corti)
– Kenzaburo ôé – le faste des morts (Folio)
– FEU !! Harlem 1926 (Ypsilon éditeur)
– Yannis Ritsos – le mur dans le miroir (Poésie/Gallimard)
– Antoine Bréa – récit d’un avocat (Le Quartanier)
– Alejo Carpentier – le royaume de ce monde (Folio)
– Adolfo Bioy Casares – nouvelles fantastiques (Pavillons Poche/ Robert Lafont)
– Simenon – les scrupules de Maigret (Le livre de poche)
– W.G. Sebald – campo santo (Babel)
– Desert Oracle No 6
– Dérivations n°4 (Urbagora)

©Photographie : Paul Octavious

Interview (7) Georges Perec (Extraits) [Jazz Magazine #272 / 1979]

(Interview réalisée par le magazine « Jazz Magazine » en 1979)

 

Perec : Quand on lit Je me souviens, on voit que j’aimais le jazz, et puis qu’à un moment donné mes souvenirs s’arrêtent – à partir de là je n’ai plus de souvenirs à propos du jazz. Vous connaissez le mot d’Armstrong : « Le jazz et moi sommes nés ensemble », moi je disais « Le jazz et moi sommes morts ensemble ». Je ne suis pas mort, mais l’amour que j’avais du jazz est mort pour moi en même temps que le jazz, je veux dire en même temps qu’un certain jazz. Lire la suite

Jean-Richard Bloch – Une journée en Manche (Extraits) [1921]

sea-men-s-club-st-nazaire2-72dpi

Il existe un promontoire et un feu qui sont aussi familiers aux marins que la Place de la Concorde l’est aux Parisiens; c’est Dungeness. Dungeness est la pointe que doivent reconnaître tous les navires qui entrent en Mer du Nord ou en sortent par le Pas-de-Calais. Comme il n’est pas de marin au monde, fût-il, Japonais ou Chilien, qui une fois dans sa vie n’ait eu à faire dans un des grands ports de l’Europe septentrionale, il n’est pas non plus de marin au monde pour qui Dungeness reste une sonorité privée de sens. et comme la Mer du Nord constitue, dans le monde actuel, le cœur même de toute navigation, c’est par milliers et milliers que, depuis qu’il y a de grandes marines, des bouches de marins prononcent ce mot, des yeux de marins recherchent la silhouette de Dungeness et des esprits de marins en sont obsédés. Lire la suite

André Salmon –  Alfred Jarry ou le Père Ubu en liberté (Extraits) [1921]

 

Pensez si je fus exact au rendez-vous ! Je savais déjà que le peuple de la rue Cassette se flattait du voisinage de M. Gaston Deschamps, mais je plaignais sincèrement ces bonnes gens d’ignorer qu’ils donnaient asile à un ancien Roi d’Aragon, ex-capitaine des Dragons de la Vistule, un instant Roi de Pologne, vainqueur de Wenceslas et de l’Ours, chassé dans ses foyers par le jeune Bougrelas.

– M. Alfred Jarry, s’il vous plaît?

Une portière bigle occupée à gaver de semoule cuite un geai nouveau-né, me répondit négligemment :

– Au deuxième et demi.

Je redoutais d’avoir mal entendu. Lire la suite

Bernadette Bodson-Mary – Thamalou (Extraits) [2004]

Hilma-af-KlintsuperJumbo

Cassé

Mon coeur est un vase de Chine
chiné chez les Ming
cassé
bing bang
mon ami, mon aming
assez

Algérie

Belle et sensuelle
la voix
voilée
d’une fille
d’Allah
talon dénudés

Belle et sensuelle
la balade
ailée
d’une ballerine
dans les sables
de Bou-Saâdah Lire la suite