Armand Permantier – Le chant du barbaresque (Extrait) [1950]

Der-Orchideengarten--1920-cover--Carl-Rabus-_90000

Ma Gwendoline, elle pourrissait sur l’arbre. Elle se cachait dans les buissons. Elle hurlait sa peine aux profondeurs nébuleuses des pastiches. Elle récriminait sans cesse sur sa besogne mitoyenne, ce qui la laissait pendante sur ses cornues.

Lire la suite