Le livre et l’écolier au 19e siècle (extrait) [1970]

andersruff-schoolday-19

ABECEDAIRES

« A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu… » (A. Rimbaud)

Au début du XIXe siècle, il faut parfois plusieurs années pour apprendre à lire. L’enfant commence à épeler une grande partie de la journée; puis il assemble des groupes de lettres de plus en plus longs; il aborde enfin directement les mots sans les décomposer en syllabes. Les textes latins aux articulations plus simples et sans voyelles muettes sont fréquemment utilisés. Nombreux sont encore les « patoisants », et les frères des Ecoles Chrétiennes eurent la lourde tâche de renoncer au latin pour leur apprendre à lire en français

Après 1830, la méthode Peigné connaîtra un vif succès; elle va de syllabes simples aux mots simples et passe rapidement à de petites phrases pour encourager les enfants du siècle : « On aime à porter un pantalon de nankin au mois d’août…Les Kalmouks habitent la grande Tartarie… »

L’élève, sous la Restauration, apprend les lettres dans des alphabets ou « Sainte Croix » ornés d’un crucifix. Souvent avant de lire, il porte le doigt sur chaque branche de la croix en disant : « Sainte Croix Aidez-moi A bien lire Ma leçon ». Ces alphabets ont un aspect austère si nous les comparons aux ravissants abécédaires illustrés à l’usages des enfants des classes aisées. L’image, discrètement, s’introduit en suggérant les sons.

On remarquera surtout, dans l’évolution de l’abécédaire, les diverses astuces typographiques pour diminuer peu à peu les caractères,  séparer les syllabes, mettre en valeur les lettres réellement prononcées d’un mot, qui, trop souvent encore, n’évoque rien pour l’enfant.

Dans les salles de classe des tableaux de bois, sur lesquels sont peints l’alphabet, les principales syllabes et les signes de ponctuation, précèdent les tableaux imprimés pour lesquels des caractères de taille suffisante manquent au début du siècle. Parfois même une ingénieuse « machine à rubans » permet de faire glisser des bandes et de juxtaposer radicaux et suffixes de façons variées.

©Le livre et l’écolier au 19e siècle [Nice 1970]
©Photographie : Becca Bond Photography