Archipel – Une exploration intuitive de musique et d’images aventureuses (Extrait de l’introduction) [2012]

Title- Too much noiseArtist- Primoz Zorko

(à propos des musiques expérimentales)

Archipel : de dérive en itinérance

Bien sur, il sera toujours possible de reprocher à ces pratiques leur apparent hermétisme ou leur cérébralité, voire encore leur gravité. Mais rappelons que ces musiques s’adressent d’abord à notre sensibilité; elles induisent des sensations, des émotions, des impressions particulières, à la fois sensitives et mentales. Aussi n’existent-elles pas dans un arrière-monde supra-sensible, en s’opposant aux expressions relevant plus globalement du divertissement. Si l’on reproche à certaines pratiques expérimentales leur hermétisme, on se surprend dans le même temps des rapports qu’elles entretiennent avec d’autres répertoires musicaux. Parce que la question du genre n’est qu’une vue de l’esprit: dans la nature, nulle nomenclature, nulle classification. Les formes musicales, aussi culturelles soient-elles, échappent à l’objectivisme avec lequel on tend à les traiter. Bien sur, il y a des genres, des pratiques spécifiques, des traits propres à telle ou telle région ou à telle ou telle culture (peu à peu nivelés par un procès globalisant), mais la musique n’est pas un objet figé, c’est un champ en mouvement permanent qui plus que tout autre médium artistique fluctue au gré des échanges et des courants. Ceci est d’autant plus vrai que notre nouvelle culture appelle une nouvelle manière de penser l’esthétique, de ses modes production à ceux de sa réception. Notre hyperconsommation volatile et fragmentée serait le propre d’un éclectisme culturel entendu comme une tendance à l’hybridation des espaces culturels individuels. Le monde est devenu un immense hypertexte où tout communique: des passerelles et des échelles nous permettent d’accéder aux savoirs comme aux produits plus variés. Nous sommes des locataires de la culture, des sémionautes (nous traçons des trajectoires entre des signes) naviguant dans un écosystème culturel complexe. C’est tout l’intérêt d’une approche transversale de la musique. À l’image d’un monde unifié où tout cohabite, les genres musicaux ne sont pas clos, fermés: ils communiquent, échangent, opèrent par syncrétisme, hybridation. Constamment des musiciens inventent des dialogues, entrent en relation et créent des chemins de traverse entre les différentes scènes, faisant se confronter formes, rythmes, pratiques, mais aussi publics dans un esprit d’éclectisme assumé et porteur. S’il en v ainsi pour tous les types de musique, le cas des musiques expérimentales ne déroge pas à la règle puisqu’on  trouve toujours en leur périphérie des références ou analogies témoignant de la porosité des genres.

©Livre : Archipel – Une exploration intuitive de musiques et d’images aventureuses [Médiathèque de Belgique // 2012]
net: http://www.archipels.be/

 

 

Publicités