À propos de…(4) : Jacques Prévert

prevert-autographe

JACQUES PRÉVERT

Que Prévert soit effroyablement athée et blasphémateur, que son action soit corrosive, et qu’il fasse du mal, il ne faut pas le nier. Dans un sens, il faut le rejeter. Pourquoi lui avoir fait ici sa part? C’est qu’il tient une place importante dans la poésie contemporaine, et qu’il y a deux hommes en lui. C’est un défenseur des faibles, des ratés, des pauvres. C’est le poète des faubourgs tristes, du Paris quotidien, des amoureux séparés, des victimes, de la difficulté de  vivre. C’est ce Prévert que nous aimons. C’est aussi un révolté. La révolte est saine quand elle ne manque pas son but. Mais Prévert, dans sa révolte, roule pêle-mêle le vrai et le faux, et surtout se révolte contre Dieu et son Eglise. Encore cette révolte serait-elle admissible si elle postulait un soif d’absolu. Mais Prévert ricane et salit. C’est pourquoi nous n’avons choisi que des poèmes qu’on pourrait appeler de tendresse. Une tendresse peu apparente, mais réelle, qui se cache sous un aspect abrupt et rude.

©Livre : Choix de poèmes contemporains à l’usage des classes de seconde [Editions Universitaires // 1957]
Image : Autographe de Jacques Prévert
Publicités