À propos de…(9) Marthe Verhaeren (Par Marie Gevers)

verhaeren_marthe_massin_original

Mes souvenirs de Marthe en 1898 et 99 sont semblables à un daguerréotype un peu voilé par le temps. Il faut le prendre en main avec beaucoup de soin, y faire jouer la lumière, en chercher l’inclinaison favorable, pour y retrouver l’image vraie, afin que le négatif, qui est l’oubli, redevienne le positif, qui est la permanence bienfaisante.

Lire la suite

Emile Verhaeren – Vers la mer (extrait)

11139349_10205930007996777_1090844066555295108_n« …Alors,
O mer, tu me perdras en tes furies
De renaissance et de fécondité;
Tu rouleras, en tes vagues et tes crinières,
Ma pourriture et ma poussière;
Tu mêleras à ta beauté
Toute mon ombre et tout mon deuil.
J’aurais l’immensité des forces pour cercueil
Et leur travail obscur et leur ardeur occulte;
Mon être entier sera perdu, sera fondu,
Dans le brassin géant de leurs tumultes,
Mais renaitra après mille et mille ans,
Vierge et divin, sauvage et clair et frissonnant
Amas subtile de matière qui pense :
Moment nouveau de conscience;
Flamme nouvelle de clarté,
Dans les yeux d’or de l’immobile éternité! »
©photo : Cauqueraumont Joaquim