Inédits (6)… André Stas & Eric Dejaeger – SOrNETS (IX)

Sornet 09

Fort nerveuse, elle attend, pâle, sur le divan,
Rêveuse, hystérique, paranoligophrène,
Edmund aka Sigmund, aux trois quarts schizophrène,
Un géant la poursuit, bâti comme Cravan.

Détends-toi ! Je te prends le surmoi par devant.
Je suis trop pressé à ton avis, hébéphrène !
Ulule tant et plus, il n’est rien qui me phrène,
Ne crains pas de tenter ce trip très captivant.

Gentille montre-toi, qu’à fond je te consulte,
Laisse-moi te fouiller pour qu’après je t’insulte
Ainsi que tous les psys attendant leur cachet.

Caractériel émoi qui tes tripes convulse !
Anorexique, allez, vomis dans ce sachet !
Ne crains rien, fais-moi tout, ton âme se révulse.

©André Stas & Eric Dejaeger (http://courttoujours.hautetfort.com/)
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier
soRnets (sornet : masculin de sornette, sonnet classique avec acrostiche)

 

Publicités

Inédits (5)… André Stas & Eric Dejaeger – SOrNETS (II)

Sornet 02

Eh ! vous l’avez élu, ne venez pas vous plaindre
Même si ce qu’il fait n’est pas pour vous ravir.
Marine ce fut non, qui eût su mieux sévir.
Avec le beau Manu, avez-vous moins à craindre ?

N’en doutez pas, il sait à douiller vous contraindre.
Un chouia de patience, il va vous asservir
Et très bientôt son goût du pouvoir assouvir.
La matrolygnagnie, il aime à s’y astreindre.

Maîtresse puis épouse, un fort bel amour fou.
Avec un pareil couple amoureux de Corfou,
C’est sûr que les people auront saines lectures.

Rien vous ne sauverez, c’est plutôt décevant.
On aura beau vous voir perdus en conjectures,
Nous, c’est : chacun sa merdre ! Allez donc de l’avant !

©André Stas & Eric Dejaeger (http://courttoujours.hautetfort.com/)
Illustration de Jean-Paul Verstraeten
Extrait de SOrNETS, recueil sextumane en chantier
soRnets (sornet : masculin de sornette, sonnet classique avec acrostiche)

 

Eric Dejaeger – Streets (Extraits)

dsc_0774

4th STREETS

La Rue des Philosophes
est l’une des moins
fréquentées
mais des plus
encombrées.
Y sont assis
n’importe où
des gens de tous âges
qui ne font
rien d’autre
que se tenir la tête
entre les mains
sans le moindre égard
pour les passants.

13th STREETS

Les services médicaux
devraient surveiller
de plus près
la Rue de la Contracture.
À chacune de ses crises
deux ou trois personnes
meurent écrasées
entre ses façades.
Les riverains
eux aussi
en ont marre
de payer
pour faire nettoyer
leurs murs.

24th STREETS

Quand on passe
par la Rue du Ronfleur
– l’une des plus bruyantes
de la ville –
il est formellement
interdit de faire
le moindre bruit
de peur qu’elle ne perde
son incomparable cachet
reconnu patrimoine immatériel
de l’humanité.

25th STREETS

Il faudrait d’urgence
allonger
la Rue de l’Épitaphe
vu l’engouement des citadins
pour ces quelques mots
à laisser sur leurs tombes.
Réalisation difficile
car cette rue
conduit directement
au cimetière.

©Poèmes : Eric Dejaeger – Streets
pour d’autres extraits, il suffit de cliquer ICI
©Photo : Joaquim Cauqueraumont

Eric Dejaeger – Courts, toujours! (Extraits) [2015]

robin-renard

La mer de la tranquillité

Au moindre ronronnement de moteur, les eaux se démontaient et provoquaient un mini typhon qui engloutissait tout esquif motorisé, frêle ou costaud. La grande bleue, très dépressive, ne supportaient plus que les voiliers.

Les moutons

-C’est l’ultime compagnie, annonça le premier civil.
-Allez, qu’on en finisse une bonne fois pour toutes, commenta le second.
-Sans problème. Capitaine! Approchez, s’il vous plaît!
Le militaire obéit, le port martial, et vint se placer au garde-à-vous à trois pas du civil.
-Monsieur?
-Capitaine, vous allez disposer vos hommes en file indienne. Vous vous placerez à leur tête. Lorsque je vous ferai signe, vous partirez au pas de gymnastique, droit devant vous. Rien ne doit vous arrêter.
-A vos ordres, Monsieur!
L’officier beugla quelques ordres. Ses hommes se disposèrent en une longue file dont il prit la tête. Un geste du civil et le capitaine partit droit devant lui au pas de gymnastique, imité par tous ses hommes. Vingt mètres plus loin, il plongea sans hésiter dans l’immense bain d’acide sulfurique. Son exemple fut suivi par la totalité de la piétaille. En moins de cinq minutes, tout était fini.
-Voilà, épilogua le second civil qui avait assisté à toute la scène sans plus intervenir. L’armée est totalement et définitivement dissoute. Quand je vous disais que les soldats ignoraient tout de Rabelais.

L’orthopédiste

Sentant ses affaires péricliter, il garnit les alentours de son magasin de quelques mines antipersonnel.

Le retard

Il consulta de nouveau sa montre: le train avait maintenant dix minutes de retard. A refaire, il aurait bien pris un oreiller. Le rail sous sa nuque le faisait souffrir.

©Livre : Eric Dejaeger – Court, toujours! [Cactus Inébranlable // 2015]
net: http://cactusinebranlableeditions.e-monsite.com/
©Image : Robin Renard
net: http://robinrenard.com/

Lectures de passage (1)

(Quelques sites où je me perds en lecture)

3803

http://www.sculfort.fr/

http://remue.net

http://www.librairie-ptyx.be/

http://courttoujours.hautetfort.com/

http://www.lmda.net/

http://www.espritsnomades.com

https://lionel-edouard-martin.net/

http://www.recoursaupoeme.fr

http://lesbellesphrases.skynetblogs.be/

http://www.boriswolowiec.fr/

©Image : Carl Spitzweg [Le rat de Bibliothèque]

 

Eric Dejaeger : Irréflexions (Quelques morceaux)

13043427_10209437723409059_6538698418143082102_n

« On peut tout dire dès que la mafia et les extrémistes de tout poil donnent le feu vert. »

« Les aphorismes les plus longs sont ceux de Marcel Proust, heureusement tous inédits. »

« Début de conte pour enfant (d’)alcoolique : « Il était un foie…  »

« Le jour où la mort mourut, les vivants ne surent plus que faire. »

« L’enfer, c’est les « je » qui sont des autres. »

« Cette cochonne n’arrête pas de se prendre en salfie. »

« Mettre la pression, c’est un truc de buveurs de bières au fût. »

« Lacan, pas nul, mis au zoo, tisse. »

« Les policiers verbalisent les SDF qui ont trop de loques à terre. »

« Choisissez la langue de pute : la langue de bois laisse des échardes en se retirant. »

© Eric Dejaeger : http://courttoujours.hautetfort.com