Edouard Sablier – De la Perse à l’Iran (Extrait) [1980]

Les chevaliers du muscle

Chaque matin, sur le coup de six heures, Chir Khoda, le célèbre gymnaste, dont le nom signifie « le lion de Dieu », fait retentir sur les ondes de Radio Téhéran son formidable tambour. C’est pour les athlètes assemblés dans les « zourkhanés », xystes aux décorations murales retraçant les exploits des héros nationaux, le signal de l’exercice quotidien. Cette gymnastique, où la rythmique se combine avec le maniement d’haltères, est la meilleure explication de la race vigoureuse que l’on trouve ne Iran.

A vrai dire, le « Zourkhané » développe surtout le torse et les bras; avec leur « brioche » aérophagique, leurs muscles arrondis, ses adeptes ressemblent plus aux protagonistes ventripotents de la lutte japonaise qu’à des athlètes façonnés selon les canons greco-romains de la beauté virile. Comme il arrive souvent en Orient, le sport pratiqué dans les « zourkhanés » correspond plus à une chorégraphie sacrée qu’à de véritables exercices physiques. Son origine remonte aux « pahlavan », les héros légendaires qui s’apparentent à nos chevaliers. Les Persans ne manquent jamais d’ailleurs de prétendre que la chevalerie médiévale est originaire de leur pays.

Lire la suite