Jean Cocteau – Montmartre (1935)

jean cocteauJean Cocteau [La folie de Montmartre]

 

Tragiquement accoudé sur son genoux droit; le pied verni posé sur le dôme du Sacré-Cœur, le visage masqué d’un loup noir, en frac, tube et cape romanesque, Fantômas promène sur Paris le regard de Rastignac et se propose d’en presser l’or comme le jus d’une orange. Il est difficile, en 1935, d’imaginer un vampire de cette sorte et de se représenter un jeune dandy montant les marches de la Butte à seule fin de menacer la capitale et de lui crier : « A nous deux! » Lire la suite

Publicités

À propos de…(15) Jean Cocteau ( Par Robert Goffin)

P1180330

De même qu’il se renouvelle inlassablement, il faudra chercher inlassablement ses traces pour pénétrer au centre ensorcelé de son mystère. Ses chambres magiques ne communiquent avec le public que par l’équilibre d’un fil d’Ariane, rompu à divers endroits pour assurer l’impunité de sa solitude. Il faut toujours chercher le Sésame! Lire la suite

Revue Littéraire : Le Soupirail #1 (Edito) [Février 1928]

53705f01b89e4
(Edito du premier numéro de la revue littéraire « Le Soupirail » fondée par Jean Glineur)

L’esthétique dite moderne dont certaines personnes se nourrissent à l’aveugle ou par snobisme ne nous touche pas. Nous nous moquons de l’esthétique dite moderne, de ce qu’elle a de brutal ou d’irritant. Elle revêt d’ailleurs des formes excessivement nombreuses, et bien malin qui pourrait nous en dresser une nomenclature complète. Il faut reconnaître que ce qui vivait hier est déjà mort aujourd’hui.

Sans doute, les mots de futurisme, de cubisme, de dadaïsme, de surréalisme, et que sais-je encore, sont des étiquettes commodes; mais jusqu’où va leur valeur, la précision de leur indication?

Et puis l’absolutisme de ces théories, l’étroitesse de leurs vues, souvent justes, sous un certain rapport, leur manque d’universalité nous les font, comme telles, rejeter en bloc.
Mais s’il s’agit de reconnaître leurs bienfaits, s’il s’agit de reconnaître la qualité de leur influence, de reconnaître la puissance d’un Marinetti, la profondeur et la richesse poétiques d’un Max Jacob, d’un Reverdy, d’un Jean Cocteau, l’incontestable talent d’un Aragon, d’un Breton, d’un Eluard, nous sommes tout disposés à le faire, et avec joie…

Nous sommes peu sensibles à l’esprit de ces chapelles. Nous le sommes plus à l’égard de celui des hommes. Et nous le sommes tout à fait à l’égard de leurs œuvres. C’est là que nous jugeons les auteurs dits modernes, et non dans leurs manifestes, si ingénieux soient-ils.

©Dessin : Francis Picabia