À propos de…(10) Jean-Pierre Verheggen ( Par Charles Pennequin) (Extraits) [1994]

Jean pierre verheggen

Car Verheggen est un poète sonore, qui éructe sa prose à un rythme mortel, éreinte les termes les plus scientifiques de l’épisode structuraliste dans une langue de stropiat, se fraye une cadence dans cette pelote scripturale qui « drippe »sans retenue à la manière de Pollock toutes les formes du langage, qu’elles soient basses (parler trivial ou minoritaire, idiomes, wallon) ou hautes (la mathématique romanesque de l’Oulipo, la dogmathèque linguistique, etc.) non pour rendre la pâtée du quotidien digeste mais pour traduire l’impossible étreinte avec le réel (cette « réalité » rugueuse » toujours proche).

Lire la suite

Publicités

Calogero Volpe

Scott-Scheidlygreen-humpback-moth-59
(Calogero Volpe, élève à l’Ecole Primaire Communale de la rue de Fexhe, à Liège, avait dix ans lorsque ces textes furent écrits. Il est née en 1957 à Favara (Italie) et vit (ou a vécu?) à Liège. Les textes suivants ont été publiés dans la revue POESIE #27 « La nouvelle poésie française de Belgique. En 1971, les droits de reproduction étaient réservés à Jacques Izoard.)

LA SOUPE AU CHOUX ROUGES

La soupe aux choux rouges, il lui faut longtemps pour qu’elle se cuise, car il lui faut une demi-seconde pour qu’elle se cuise. Je la cuis, quand un chou me salua par ses deux oreilles pour dire qu’il avait froid. Je ne savais plus où je devais le mettre. Je le mets dans le placard noir. Il dit qu’il fait trop clair. A la fin, je le tue et un coup de pied tomba par le plafond. Car ce plafond été troué, car il était trop solide assez.

LE LOUP CURIEUX

Un jour, quand je jouais, j’ai vu un loup. C’était un loup pas comme les autres. Au lieu d’être carnivore, il était granivore. Il avait une tête de chat et une gueule de chien. J’écrase sa queue et elle devient une queue d’ours. Et la pelure de singe.

Il était un jour un petit garçon qui trouve un franc. Alors il plante le franc. Et un jour il y a un arbre avec énormément d’argent. Il était si petit qu’il achète un alais de géant. Il se dit : « Comment faire pour monter les marches ? » Soudain, il a une idée. Il ouvre la bouche, met la pompe et se gonfle.

Il y a un serpent. Je lui coupe la tête. Il lui en pousse deux. Comme il a une queue, je lui en coupe deux. Il mesure cinq mètres et comme cinq mètres égalent cinq centimètres, je le mets dans une boîte de cinq centimètres cubes. Un bon jour, il meurt, parce qu’il faisait « atchoum ! », et puis il devient du sable. Lire la suite