Claire Mousset – Et je rendais hommage…

amsterdam by jazzberry blues

Et je rendais hommage aux cadastres aux plans
Hommage à ce décor très bleu de mappemonde
Que mesure l’accord chiffré des portulans

L’Atlas soudain s’ouvrait comme une poétique
Où je cherchais perdus dans l’azur stylisé
Les cyclones qui vont leurs démarches épiques

Et je rendais hommage aux branches du compas
Qui dessinent pour moi le ciel géographique
Qui retracent en clair l’horaire migrateur
Des mouettes et des lignes aériennes…
Crépitements… La pluie allait son contrepoint
Quand les moteurs chantaient leur dur travail nocturne
Et le repos dans les clairières balisées
d’Amsterdam. Caracas Fort de France Madrid
Tous les pays mouraient dans cet effort cabré
De avions musclés par la course quand prenait
Le virage sur l’autoroute des grands cercles Lire la suite

Publicités

Roger Goossens – Dindia malconia

yoshinori-mizutani

Il y a des femmes sautillantes dont toute la vie est fardée d’une poésie de mauvais aloi,
et il y a de grands parcs solitaires où errent des lions invisibles.
Il y a des asiles de paix – âtre rouge, lampe verte et rayons chargés de livres,
et il y a le pont humide des paquebots, balayé du vent de l’abîme.
Mais pour moi il n’y a plus rien qu’une femme qu’on appelle Dindia Macolnia;
elle est ma forêt, ma lionne, elle est mon havre et ma tempête.
Elle ne se farde pas le visage et marche d’un pas égal.

Il y a l’univers des catholiques, avec Dieu en haut et les vers de terre en bas,
et l’univers des biologistes, avec Dieu nulle part et les vers de terre partout.
Il y a le monde des économistes, où l’on dédie au diable la fumée des sacrifices
et brûlant du café vert dans la chaudière des locomotives;
et il y a le monde des esthètes, où l’Épiphénomène est roi.
Mais pour moi il n’y a plus rien qu’une femme qu’on appelle Dindia Macolnia.
Elle est déesse, elle est démone, et le ver de terre c’est moi.
Elle boit du thé de Chine en fumant des Graven A.

L’homme bien portant, a dit un sage, est un malade qui s’ignore.
Mais en vérité la terre est peuplée de malades qui ne s’ignore pas assez.
Il y en a qui souffrent de la tête, et les latinistes souffrent des pieds.
Il y a des malades sans vergogne comme il y a des maladies honteuses.
Il y a ceux qui ont mal au ventre, et ceux qui ont mal au coeur.
Il y a ceux qui ont la manie d’acheter des journaux qu’il ne lisent pas,
et aussi ceux qui préfèrent lire des livres qu’ils ne me rendent plus.
Les ivrognes s’intitulent joliment intoxiqués éthyliques,
mais moi je suis atteint de ce mal étrange que les Anglais nomment « méquonims » et les Russes « mokolniachtchizna »
et je souffre d’une femme qu’on appelle Dindia Macolnia:
elle est ardente comme la fièvre et fidèle comme la mort.

Je suis plus riche que la rajah de l’Inde au milieu du ruissellement de ses perles,
et plus riche que le financier américain dans le crépitement de ses machines à écrire.
Car nul autre que moi n’a connu le bel âge de la vie,
cet âge des mers bondissantes rougies par l’écume de l’aurore que l’on nomme Dindia Malconia.
Et l’année se fait mûrir que pour moi la plus belle de ses saisons,
cette saison des pluies de fleurs et des sons de conques célestes que l’on nomme Dindia Malconia
Et comme les mystes d’Eleusis parmi les ombres de l’Hadès,
tous les jours de ma seule année sont éclairés de ce soleil plus beau que les vôtres
que l’on nomme Dindia Malconia.

Mais quelquefois il me semble que ton regard se détourne de moi, Dindia Malconia,
et certes, quand tu le veux, je ne suis plus q’une cité maudite qui languit dans l’abandon divin.
Alors, avare soupçonneux, je me prends à douter de la valeur de mes richesses;
je soupèse, dans mon impiété, tous ces dons précieux que tu m’as faits,
et mes mains sans foi les trouvent légers.
Et je me dis alors que peut-être tu n’es que le nom de mon rêve,
et pareil au mendiant oublié sous le porche de l’église en ruines,
je serre farouchement entre mes dents, entre mes lèvres, le dernier lambeau de ma fortune,
ma dérisoire litanie: Dindia Malconia, Dindia Malconia.

©Livre : Roger Bodart – Les Poètes du bois de la Cambre Anthologie des poètes de l’université Libre de Bruxelles (1928-1964) [Editions Universitaires // 1964]
©Photographie : Yoshinori Mizutani
net: https://www.yoshinori-mizutani.com