Ball the jack…

planche-love-in-vain-blues-bd-robert-johnson-glenat

Ball the jack [litt = utiliser un marteau-piqueur (jackhammer): par extension, travailler dur et rapidement] // 1 : L’origine de l’expression est probablement à recherche dans le langage des cheminots: jack dans le langage noir signifie locomotive et balling the jack renvoie à un train (filant à grand vitesse, il est dit high balling) :

« So when I hear a whistle, I can peep throught the crack
And watch the train a-rollin’ when it’s ballin’ the jack.
Why I just love the rhythm of the clickity-clack
So, take me right back to the track, jack. »
Choo Choo Ch’Boogie, Louis Jordan, 1946

2 : Foncer se dépêcher // 3 : Faire l’amour, « besogner » :

« A redheaded woman make a freight train jump the track
And a blackheaded girl will make a preacher ball the jack »
Saint Louis Blues, Jim Jackson, 1930

4 : Evoque le fait de passer du bon temps, boire, danser, faire la fête, ou baiser :

« Got a little fair brownie keep ballin’ the jack
Her screamin’ and fightin’Il let me snatchin’ it back »
You can’t keep no Brown, Bo Weavil Jackson, 1926

5 : Danse apparentée au shimmy, ponctuée de claquements de mains et de cahnts, très en vogue au début du XXe s. :

« Now I could rememba when Ballin the Jack: thats mow done wit yo knees. You gather a good twist wit yo knees. Hit yo knees together, to an fro. Little bit like the Buzzard lope, you know. »
Mance Lipscomb & Glen Alyn, 1993

6 : Dans le jargon du jeu, miser le tout sur une carte.

©Livre : Jean-Paul Levet – Talkin’ that talk / Le langage du blues, du jazz et du rap / Dictionnaire anthologique et encyclopédique [ Editions Outre Mesure // 2003]
©Image : Jean-Michel Dupont & Mezzo [Love in Vain – Robert Johnson 1911-1938 // Glénat]