Pierre Mac Orlan – Nuits aux bouges (Extraits) [1929]

nuits aux bouges

C’est au dix-huitième siècle que les bouges de Paris prirent une coloration pittoresque, à la fois gaie et tragique.
Dans les petits cabarets de Courtille enfouis au milieu de quelques tonnelles, qui le dimanche abritaient des amoureux, la Ramée, soldat, et Picard, laquais de grande maison, venaient y courtiser Margot la ravaudeuse et Fanchon la blanchisseuse.
Toutes ces jeunes filles de la rue avaient un amoureux aux Gardes et, quelquefois, un ruffian, robuste, madré comme « Petit Louis » dit Cartouche, qui venait boire dans les guinguettes avec ses chevaliers de fortune.

La Chouette trinquait avec le Chourineur. On parlait encore dans ces bouges un argot très pur qui continuait la tradition. La langue des Coquillards devenue le langage de l’argot réformé, puis le jargon de Cartouche, aboutissait à cette langue verte parlée par les escarpes de toute catégorie et par leurs tristes femmes qu’ils appelaient des marques ou des largues. Vidocq établit un dictionnaire à l’usage des amateurs et beaucoup des livres populaires de cette époque, à l’imitation de ceux d’Eugène Sue, usèrent abondamment de la langue argotique et du pittoresque qu’elle créait. A tout prendre, et nous verrons pourquoi tout à l’heure, ce pittoresque, souvent macabre, n’était pas plus terrifiant que celui que l’on constate de nos jours dans des lieux qui ne sont que la continuation de ces tapis-francs.
Lire la suite

Jean Cocteau – Montmartre (1935)

jean cocteauJean Cocteau [La folie de Montmartre]

 

Tragiquement accoudé sur son genoux droit; le pied verni posé sur le dôme du Sacré-Cœur, le visage masqué d’un loup noir, en frac, tube et cape romanesque, Fantômas promène sur Paris le regard de Rastignac et se propose d’en presser l’or comme le jus d’une orange. Il est difficile, en 1935, d’imaginer un vampire de cette sorte et de se représenter un jeune dandy montant les marches de la Butte à seule fin de menacer la capitale et de lui crier : « A nous deux! » Lire la suite