Michel Cattin – Fragments de lettres jamais adressées à Charlotte.

The Color Printer A Treatise on the Use of Colors – John Franklin Earhart [1892]

« Si tu venais en moi, tu serais surprise de te rencontrer. »

« On passe le plus clair de son temps à le noircir »

« Ce qui déclenche la haine pour un être, ce ne sont pas les pensées qu’il a, mais bien celles qu’on lui prête. »

« Déshabillez les mots leur nudité vous surprendra. » Lire la suite

Publicités

René Purnal – Cocktails (Extraits) [1922]

partition-pour-blog-desmots

RAG-TIME 2

Dimanche, dimanche, dimanche,
Un syndicat de tous les chiens,
Dieu, bas blancs, pelures d’orange,
L’horaire contient dix-huit trains.

Que faire? Irons-nous renifler
L’odeur de noir et de fruits blets
Que la mer apporte?

Ou bien sur quelque air de banjo
Méthodique et creux à la fois,
Conviés là par Othello,
Verrons-nous comme je te vois

L’étrangleur épousant sa Morte?

ÉLOGE DU SOIR

Voici la cohue sympathique
Des rimes en ieuse et en oir:
Soir, soir, je voix là-bas se tordre
Sa main qui masturbe un banjo.

Le plafond se maquille, ô gué!
Mentons avec sincérité:
Chien et loup, c’est l’heure.

La gloire danse au pas des morts.
Hé poète en bois de Norvège,
Quand donc te retrouvera-t-on
Pendu à ton espagnolette?

Quels singuliers fruits de saison!

CELUI QUI JOUAIT

Pianiste-dactylographe
D’un rêve plus grand que nature!
J’entends encore en ma mémoire
Son rythme d’abomination!

L’âcre torpeur des paquebots
Viâ Suez and Colombo
Sous la nuit foraine,

L’odeur de l’homme et des pays,
Les cris des filles qu’on étrille,
Le cœur qui tourne dans sa cage,
La tendresse perdue en route:

La peine de tout ça, la peine!

LALA

Un pays fait exprès pour moi
Sous du soleil artificiel,
Fruits et fleurs des pires exploits:
Toi, du sourcil jusqu’à l’orteil.

Philtre de l’instinct, poids du sang,
Quatre saisons en même temps,
Prier, jouer, mordre.

Tandis que dans la nuit striée
De sournoise métaphysique,
Tu écoutes sous l’oreiller
L’essaim crissant et phosphorique

Des syphilis couleur d’orage.

TIR A LA CIBLE

Après-midi traînant sans fin
Vos arcs à travers ma figure!
O symphonie en lie de vin!
O bétail d’ennuis sans pâture!

O quinconce! O pas! O torpeur!
Dites-moi de quoi pareille heure
Peut-elle être faite?

Une énorme cloche de verre
Faisant le vide par-dessous
Semble gober la ville entière.
L’asphalte est un rêve qui bout.

Ensommeillement de défaite.

©Livre : René Purnal – Cocktails [Ecrits du Nord // 1922]
©Image : Melischer Entwurf zum Zwölftonspiel für fünf Violinen – Josef Matthias Hauer [1950]
net: http://www.wienbibliothek.at/veranstaltungen-ausstellungen/ausstellungen/josef-matthias-hauer-50-todestag