Marcel Piqueray – Quelque chose dans 1950 (Extrait) [1996]

p1330020

Woodi Chierains

Woudi Chierains appartient à une vieille famille bretonne.
Un jour que sa tante lui pressait du citron dans sa tasse de thé, Woudi Chierains en reçut une goutte dans l’oeil.
En voulant porter sa main à son oeil Woudi Chierains fit un faux mouvement et, dans la violence fortuite de ce geste (Woudi Chierains était en effet le plus doux garçon de la terre), il renversa la table. Par malheur, la tête de la tante de Woudi Chierains, coincée entre un pied de table et un massif vinaigrier en cristal, provoqua l’embolie chez cette dame.
A l’issue de sont enterrement, Woudi Chierains tomba dans la passion des textes courts.

©Livre : Marcel Piqueray – Quelque chose dans 1950 [Le Daily Bul // 1996]
©Image : Reinhoud