À propos de…(15) Jean Cocteau ( Par Robert Goffin)

P1180330

De même qu’il se renouvelle inlassablement, il faudra chercher inlassablement ses traces pour pénétrer au centre ensorcelé de son mystère. Ses chambres magiques ne communiquent avec le public que par l’équilibre d’un fil d’Ariane, rompu à divers endroits pour assurer l’impunité de sa solitude. Il faut toujours chercher le Sésame! Lire la suite

Publicités

Chez les autres (4)… Revue Catastrophes.

revue catastrophe

 Catastrophes : écritures sérielles & boum

Présentation par Tristan Hordé: https://www.sitaudis.fr/Parutions/catastrophes-revue-numerique-de-poesie.php

« Contrairement à ce que l’on pourrait penser, très peu de revues exclusivement consacrées à la publication de poèmes sont publiées sur internet, comme par exemple, « Ce qui reste. « Catastrophes », depuis octobre, a fait ce pari : pas de notes de lecture, pas de commentaires, seulement un éditorial en accord avec le titre retenu pour chaque livraison : « Octobre 17 », « Zombies ou fantômes », « Noël au ball-trap », « Hautes résolutions », « L’esprit du bas ». Chaque fois, les textes sont regroupés en ensembles dont la désignation n’est pas faite, volontairement, pour orienter le lecteur, mais participe de l’esprit de la revue ; qu’on en juge : pour le premier numéro, « Boum », « Tilt », « Shebam », « Dring », « Wizzzz », pour le dernier, « fous », « lubriques », « cornards », « bateleurs ». De plus, des poèmes publiés en feuilleton passent dans des rubriques différentes d’un mois à l’autre. »

À propos de…(10) Jean-Pierre Verheggen ( Par Charles Pennequin) (Extraits) [1994]

Jean pierre verheggen

Car Verheggen est un poète sonore, qui éructe sa prose à un rythme mortel, éreinte les termes les plus scientifiques de l’épisode structuraliste dans une langue de stropiat, se fraye une cadence dans cette pelote scripturale qui « drippe »sans retenue à la manière de Pollock toutes les formes du langage, qu’elles soient basses (parler trivial ou minoritaire, idiomes, wallon) ou hautes (la mathématique romanesque de l’Oulipo, la dogmathèque linguistique, etc.) non pour rendre la pâtée du quotidien digeste mais pour traduire l’impossible étreinte avec le réel (cette « réalité » rugueuse » toujours proche).

Lire la suite

Annabelle Verhaeghe – Tu vas voir

Alison-Elizabeth-Taylor-9509f273

Je réussirai ce concours rue du Taureau et bien plus tard je dirai que c’était déjà un signe et après je rencontrerai une chouette fille et ça durera et elle m’attendra à Paris mais alors je ne l’aimerai plus vraiment et je n’arriverai pas à le lui dire parce que je me sentirai paumé alors je serai malheureux à Paris pendant plusieurs mois et puis j’arrêterai et je reviendrai dans ma ville et dans mon appartement avec les colocs nombreux et on jouera au foot et à la Play et entretemps je convulserai dans une église avant de devenir un peu mystique Lire la suite