John Nathan – La vie de Mishima (Extraits) [1980]

sozzani2

Ce dernier était strict envers tous ses enfants (Chiyuki était constamment grondé et puni pour sa « balourdise ») mais envers Kimitaké en particulier il se montrait tyrannique, comme si, se sentant coupable, il essayait de défaire ce qu’il considérait être les effets « efféminés » de l’éducation de Natsu. Au début, il s’en prit spécialement au fait que Kimitaké fut toujours « plongé dans les livres ». Bien que ce dernier eût désormais toute liberté de sortir à son gré, il préférait rester à lire; à douze et treize ans, ce garçon découvrait Oscar Wilde, Rilke, la littérature de cour et le grand décadent japonais Jun’ichiro Tanizaki; on le voyait rarement sans livre. Il semble que cela rendît Azusa furieux. Il lui arrachait les livres des mains et après avoir vérifié que c’était bien de la littérature, il les déchirait ou les jetait à travers la pièce, envoyant Kimitaké se coucher. Selon les vues immuables d’Azusa, la littérature n’était que mensonges et pourriture, au mieux des sottises bonnes pour les filles, et il ne voulait pas en entendre parler.

Continuer de lire « John Nathan – La vie de Mishima (Extraits) [1980] »

Un morceau d’Eros dans mon café (14 février)

C’était toujours des yeux que sa fièvre montait; elle faisait tanguer en moi les zones de mon enfance, bousculant mes fantômes en les menant à l’air libre, avide de débusquer toutes mes lignes de fond, de démonter mes horloges existentielles afin de saisir l’heure qu’elles taisaient. En cet après-midi nimbé d’une lumière couleur miel, je me laissais conduire là où la bouche de Chloé m’emmenait. … Continuer de lire Un morceau d’Eros dans mon café (14 février)

Yukio Mishima -Neige de printemps (extrait) [1969]

Le soleil chaud tombait sur leurs nuques rasées. C’était un après-midi de dimanche serein, paisible, magnifique. Pourtant, Kyoaki demeurait convaincu qu’au tréfonds de ce monde pareil à une outre de cuir remplie d’eau, il y avait un petit trou, et il lui sembla qu’il entendait le temps s’en échapper goutte à goutte. Ils touchèrent l’île en un lieu où, parmi les pins, poussait un seul … Continuer de lire Yukio Mishima -Neige de printemps (extrait) [1969]